Après son investiture, Joe Biden est arrivé à la Maison-Blanche

, modifié à
  • A
  • A
Joe Biden et son épouse sont arrivés à la Maison-Blanche.
Joe Biden et son épouse sont arrivés à la Maison-Blanche. © CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Partagez sur :
Joe Biden a prêté serment et a été investi mercredi 46e président des États-Unis. Le nouveau locataire de la Maison-Blanche a appelé le pays à "l'unité" et a salué une journée "d'espoir". Donald Trump, de son côté, a quitté Washington avant le début de la cérémonie, sans avoir accueilli son successeur. 
L'ESSENTIEL

Une journée historique. Ce 20 janvier 2021 a marqué la fin du mandat présidentiel de Donald Trump et l'investiture de son rival Joe Biden. Le démocrate, ancien vice-président de Barack Obama, et sa colistière Kamala Harris ont prêté serment lors d'une cérémonie au Capitole dans un Washington DC barricadé. Donald Trump a, de son côté, quitté la Maison-Blanche en début de matinée, sans avoir accueilli Joe Biden. 

Les principales informations à retenir : 

  • Joe Biden et sa colistière Kamala Harris ont prêté serment
  • Le nouveau président a appelé à "l'unité" et a salué une journée "d'espoir" 
  • Donald Trump a quitté la Maison-Blanche et évoqué ses "quatre années extraordinaires" comme président

Joe Biden a prêté serment

Joe Biden est devenu mercredi le 46e président des États-Unis. Main gauche sur la bible, main droite levée, l'ancien vice-président de Barack Obama, qui accède à la Maison-Blanche à 78 ans à l'issue d'une très longue carrière politique, a prêté serment comme l'ont fait avant lui George Washington, Franklin D. Roosevelt ou encore John F. Kennedy.

"Je jure solennellement que j'accomplirai loyalement les fonctions de président des Etats-Unis et que je ferai de mon mieux pour préserver, protéger et défendre la Constitution des États-Unis", a-t-il déclaré sur les marches du Capitole.

Et salué une journée d'"espoir" pour l'Amérique

Le nouveau président a ensuite pris la parole, saluant une journée "d'espoir" pour l'Amérique, mais assurant être conscient "que les forces qui nous divisent sont profondes et réelles". "La démocratie l'a emporté", a ajouté Joe Biden dans son discours, appelant l'Amérique à "l'unité", et promettant d'être le président "de tous les Américains". 

Le démocrate a aussi promis de "vaincre" le "suprémacisme blanc" et le "terrorisme intérieur", deux semaines après les violences au Capitole. "On voit surgir aujourd'hui l'extrémisme politique, le suprémacisme blanc et le terrorisme intérieur", a-t-il noté. "Nous devons les affronter et nous allons les vaincre", s'est-il engagé.

Joe Biden a également fait observer une minute de silence en hommage aux 400.000 "mères, pères, maris, épouses, fils, filles, amis, voisins et collègues" tués par le Covid-19, tout en mettant en garde contre l'arrivée de "la phase la plus mortelle du virus".

Dans une référence au refus de Donald Trump de reconnaître le résultat de l'élection, et à l'utilisation fréquente par son prédécesseur de l'expression "fake news", Joe Biden a exhorté les Américains à rejeter la manipulation des faits. "Tous les désaccords ne doivent pas mener à la guerre totale. Et nous devons rejeter la culture où les faits eux-mêmes sont manipulés, et même inventés", a lancé le nouveau président. "Il y a la vérité et il y a les mensonges, les mensonges prononcés pour le pouvoir et pour le profit. Et chacun d'entre nous a le devoir et la responsabilité en tant que citoyens, qu'Américains, et particulièrement en tant que dirigeants (...) de défendre la vérité et de combattre les mensonges", a-t-il poursuivi. 

Kamala Harris prête serment, Lady Gaga chante l'hymne américain

La cérémonie avait débuté par l'interprétation de l'hymne américain par la star de la pop Lady Gaga. Vêtue d'une volumineuse robe rouge et noir, elle arborait une grande broche dorée représentant la colombe de la paix. Puis Jennifer Lopez a chanté This land is your land ("Ce pays est ton pays").

Kamala Harris a été investie vice-présidente des États-Unis, entrant dans les livres d'histoire comme la première femme mais aussi la première personne noire et d'origine indienne à occuper cette fonction. L'ex-sénatrice et ancienne procureure âgée de 56 ans, fille d'immigrés, a prêté serment face à la juge de la Cour suprême Sonia Sotomayor, la main sur une bible que tenait son époux Doug Emhoff. 

Un dispositif de sécurité renforcé

Après l'invasion du Capitole le 6 janvier par des partisans de Donald Trump, les autorités craignaient des débordements lors de "l'inauguration day". Pour éviter qu'un incident ne vienne gâcher la fête, la ville de Washington DC avait été barricadée : grilles, barbelés et tours de guet ont été déployés. La Garde nationale avait mobilisé 25.000 hommes, soit plus que le total des troupes actuellement stationnées en Afghanistan, Irak et Syrie. Ils devaient protéger une large "zone rouge" allant du Capitole à la Maison-Blanche.

De son côté, la maire Muriel Bowser, avait prévenu que la ville serait quasiment coupée du monde jusqu'à mercredi. Elle a invité la population à suivre l'investiture à la télévision, au lieu de se rendre aux abords de la Maison-Blanche et du Capitole.

Le nouveau président se recueille au cimetière militaire d'Arlington

Après la cérémonie, Joe Biden s'est recueilli sur la tombe du soldat inconnu au cimetière national d'Arlington, près de Washington, avec trois de ses prédécesseurs. Les démocrates Bill Clinton et Barack Obama, tout comme le républicain George W. Bush, l'encadraient pour cette dernière étape avant son entrée à la Maison Blanche.

Dans un court hommage aux soldats tombés pour les Etats-Unis, Joe Biden a fait un salut militaire et sa vice-présidente Kamala Harris s'est tenue la main sur le coeur devant une couronne de fleurs, tandis qu'un orchestre militaire entonnait l'hymne national. Ils sont ensuite entrés dans le monument avec leurs conjoints, les anciens présidents et les anciennes Premières dames, Hillary Clinton, Laura Bush et Michelle Obama.

Dans ce cimetière sont enterrés les héros de la patrie américaine et deux présidents, notamment John F. Kennedy. 

Avant d'arriver à la Maison-Blanche

Le président est ensuite arrivé à la Maison-Blanche, avec sa famille. Précédée d'une fanfare et d'un cortège militaire, sa limousine s'est avancée jusqu'aux abords de la présidence, dans une capitale fédérale aux allures de camp retranché. Le démocrate a franchi les derniers mètres à pied entouré par sa femme Jill, ses enfants et petits-enfants.

"J'ai l'impression de rentrer à la maison", a-t-il lancé à un journaliste qui l'a interpellé pour lui demander ce qu'il ressentait. Au pas de course, il a fait d'autres écarts pour saluer la maire de Washington Muriel Bowser, ou encore des enfants qui l'attendaient derrière une barrière de sécurité. 

La vice-présidente Kamala Harris les a suivis quelques minutes plus tard. Accompagnée de son époux Doug Emhoff et de membres de sa famille, elle a adressé de larges saluts aux rares passants qui avaient pu se glisser jusqu'aux grilles de la Maison Blanche. 

A peine installé, le successeur de Donald Trump signera une série de décrets et autres mesures exécutives pour lancer immédiatement l'action de son gouvernement.

Plusieurs réactions internationales

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a félicité Joe Biden après son investiture, se disant "impatient de travailler" avec lui. "Le leadership américain est vital sur les questions qui nous concernent tous, du changement climatique au Covid et je suis impatient de travailler avec le président Biden", a-t-il écrit. De son côté, le Premier ministre irlandais Micheal Martin a félicité Joe Biden, un "vrai ami" de l'Irlande, en rappelant ses racines irlandaises.

Emmanuel Macron a lui adressé dans un tweet en anglais ses "meilleurs voeux de succès" au nouveau président américain et salué sa décision de revenir dans l'Accord de Paris, quitté par les Etats-Unis sur décision de Donald Trump, par un "welcome back". "A Joe Biden et Kamala Harris, mes meilleurs voeux en ce jour historique pour le peuple américain", écrit le chef de l'Etat dans ce message retweeté ensuite en français. 

"C'est tous ensemble que nous pourrons réussir à relever les défis de notre temps. C'est tous ensemble que nous pourrons changer la donne climatique en agissant pour notre planète", a ajouté le chef de l'Etat.

Enfin, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé le nouveau président américain à "renforcer l'alliance" entre Israël et les États-Unis afin d'affronter des "défis communs" comme la "menace" de l'Iran.

Trump est arrivé à sa résidence de Floride

Quelques minutes avant la prestation de serment de Joe Biden, Donald Trump est arrivé à sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride. Le 45ème président des Etats-Unis a descendu les marches de l'avion présidentiel Air Force One pour la dernière fois, accompagné de son épouse Melania, avant de se diriger vers son luxueux club de Mar-a-Lago, où il compte s'installer.

Donald Trump avait quitté la Maison-Blanche le matin à quelques heures de la fin de son mandat, sans avoir accueilli Joe Biden. L'hélicoptère présidentiel Marine One transportant Donald et Melania Trump s'était envolé peu après 8H15 (14H15 en France) depuis les jardins de la Maison-Blanche. Prononçant seulement quelques mots, le président sortant a évoqué un mandat "fantastique de quatre ans", représentant "l'honneur d'une vie".

Trump a souhaité "bonne chance" à son successeur démocrate. "Je reviendrai d'une manière ou d'une autre", a promis le milliardaire, saluant une petite foule de supporteurs venus le saluer.