Election sous tension au Kenya : au moins un partisan de l'opposition tué par balle à Kisumu

, modifié à
  • A
  • A
Le pays était placé sous très haute sécurité jeudi, après des semaines de climat politique délétère.
Le pays était placé sous très haute sécurité jeudi, après des semaines de climat politique délétère. © TONY KARUMBA / AFP
Partagez sur :
En marge de la présidentielle au Kenya à Kisumu au moins un partisan de l'opposition a été tué par balle jeudi dans des affrontements avec la police.

Au moins un partisan de l'opposition a été tué par balle jeudi dans des affrontements avec la police en marge de la présidentielle au Kenya à Kisumu (ouest), bastion de l'opposition qui a appelé à boycotter le scrutin, a-t-on appris de sources policière et hospitalière. "Il a été emmené avec une blessure par balle à la cuisse droite, il est mort à l'hôpital" Jaramogi après s'être vidé de son sang, a rapporté une source médicale sous couvert d'anonymat. Un responsable policier a confirmé la mort de ce jeune partisan de l'opposition de 19 ans.

Un nouveau scrutin présidentiel. Le nouveau scrutin présidentiel a débuté jeudi matin au Kenya, mais les bureaux de vote sont restés fermés dans certains fiefs de l'opposition, où des groupes de jeunes gens ont mis le feu à des barricades. Ce nouveau scrutin est organisé après l'annulation le 1er septembre par la Cour suprême de l'élection du 8 août, à l'issue de laquelle Uhuru Kenyatta avait été proclamé vainqueur avec 54,27% des voix, contre 44,74% à Raila Odinga. La Cour avait justifié cette décision - une première en Afrique - par des irrégularités dans la transmission des résultats. Exonérant les différents candidats, elle avait fait peser la responsabilité de ce scrutin "ni transparent, ni vérifiable" sur la Commission électorale.