ÉDITO - Le plan de paix de Trump au Proche-Orient est "mort-né"

  • A
  • A
Partagez sur :
Donald Trump présente mardi son plan de paix pour le Proche-Orient. Son gendre, Jared Kushner, y travaille depuis trois ans. Mais pour notre éditorialiste Vincent Hervouët, ce "deal du siècle" signe en réalité la mort du processus de paix entamé avec les accords d'Oslo en 1993.
EDITO

C'est mardi que Donald Trump dévoile son fameux plan de paix pour le Proche-Orient. Présenté comme le "deal du siècle" par le président, qui a mis son gendre, Jared Kushner, sur le dossier depuis trois ans, ce projet déplaît fortement aux Palestiniens. Pour notre éditorialiste international, Vincent Hervouët, il signe surtout al mort du processus de paix entamé il y a vingt-six ans avec les accords d'Oslo entre Ytzahak Rabbin et Yasser Arafat.

"On se souvient de la photo : Bill Clinton sur la pelouse de la Maison-Blanche, les bras ouverts, Ytzahak Rabbin et Yasser Arafat se serrant la main. Les gens autour pleuraient, le trio a fait l'Histoire. C'était en 1993. Vingt-six ans après, Rabbin a été assassiné, Arafat l'a peut-être été. L'utopie, née ce jour-là, est morte. Et l'enterrement, c'est mardi soir, lorsque Donald Trump dévoilera son plan de paix pour le Proche-Orient.

Donald Trump rejoue la scène, mais les Palestiniens pleurent de rage

Comme la politique est un spectacle, Donald Trump rejoue la scène avec les seuls Israéliens, mais le décor et la légende sont les mêmes : l'Amérique apporte la paix. S'il y a des Palestiniens qui pleurent, c'est de rage. Le plan de Jared Kushner ne va pas les décevoir car ils n'en attendent rien.

 

Jérusalem ne sera jamais la capitale de deux États voisinant dans la paix et la sécurité, dans les frontières de 1967. Oubliez Oslo, la feuille de route, le processus de paix, c'est fini. Ce qui ne finit pas en revanche, ce sont les colonies : 100.000 israéliens vivaient dans des implantations en Cisjordanie, ils sont 600.000 aujourd'hui.

Le processus d'Oslo est mort

Le deal du siècle correspond en réalité au programme du Likoud : annexion de la vallée du Jourdain, qui représente un tiers de la Cisjordanie, et maintien des colonies existantes. Donald Trump ne peut pas faire plus, il a déjà reconnu le Golan, annexé et déménagé l’ambassade américaine à Jérusalem. 

Pour les Palestiniens, un lot de consolation : un mini-état à Gaza avec quelques villes satellites et 50 milliards d'investissements. Evidemment, ils refusent.

Oslo est mort depuis longtemps mais personne n'osait le dire. Le plan Kushner, lui, semble mort-né."

Europe 1
Par Vincent Hervouet