Coronavirus : reprise sous condition du trafic en provenance du Royaume-Uni

, modifié à
  • A
  • A
Dans la nuit de mardi à mercredi, des voyageurs et transporteurs restés bloqués au Royaume-Uni (ici à Douvres) ont pu repasser la frontière française.
Dans la nuit de mardi à mercredi, des voyageurs et transporteurs restés bloqués au Royaume-Uni (ici à Douvres) ont pu repasser la frontière française. © JUSTIN TALLIS / AFP
Partagez sur :
Les Français et les étrangers résidents dans l'Union européenne sont désormais autorisés à rentrer dans l'Hexagone, à condition d'avoir avec eux un test du Covid négatif de moins de 72 heures. Dimanche soir, Paris a suspendu la circulation de personnes et de biens en provenance du Royaume-Uni après la découverte d'une mutation du Covid.

La France a rouvert ses portes mercredi à certains retours du Royaume-Uni, avec un test négatif au coronavirus et au variant qui s'est répandu outre-Manche. Pour la première fois depuis dimanche, des véhicules avec passagers ont débarqué sur le port de Calais en provenance de Douvres dans la nuit de mardi à mercredi, après la réouverture du trafic sortant accompagné du Royaume-Uni. Le port de Douvres a annoncé sa réouverture à 23 heures, éloignant la menace de pénuries après le blocage en Angleterre de milliers de camions à la suite de la décision de la France de suspendre le transport de marchandises accompagné, dont le Royaume-Uni est très dépendant.

Un test négatif pour pour pouvoir passer la frontière

Les Français et les étrangers qui résident en France ou dans l'espace européen ainsi que ceux qui "doivent effectuer des déplacements indispensables", pourront rentrer en France, mais devront "disposer, avant le départ, du résultat d’un test négatif  (...) de moins de 72 heures", soit PCR, soit antigénique, à condition qu'il soit sensible au coronavirus et à son variant, a annoncé Matignon. "Nous avons travaillé d'arrache-pied avec nos homologues et les autorités britanniques (...) pour permettre dès demain matin à la fois aux bateaux, évidemment aux trains et aux Eurostar, et aussi aux avions, de pouvoir redémarrer en sécurité", a précisé le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari.

"Nous cherchons à faire une ouverture sanitairement sûre, limitée, encadrée et que nous surveillons dans le temps", a précisé une source gouvernementale. Le ministère britannique des Transports a précisé mardi soir que "tous les chauffeurs de poids lourds, indépendamment de leur nationalité, devront se soumettre" à un dépistage (antigénique) livrant un résultat en environ 30 minutes pour pouvoir traverser la Manche vers la France. Ce test négatif en poche, les routiers pourront passer avec leur marchandise. Mais s'ils sont positifs, ils devront rester dix jours sur le sol britannique, a ajouté le ministère français des Transports.

 

Un variant du Covid 40 à 70% plus contagieux

Ni Paris ni Londres n'ont toutefois précisé pas ce que pourront faire, une fois passé en France, les routiers originaires de pays qui maintiennent fermées leurs frontières avec le Royaume-Uni. Le port anglais de Douvres a annoncé sa réouverture mardi soir, dès 23 heures, pour le trafic sortant vers la France à la suite d'un accord trouvé entre Paris et Londres.

La Commission européenne avait recommandé mardi aux Etats membres de l'UE de faciliter la reprise du trafic avec le Royaume-Uni dont l'isolement, lié à la découverte sur son territoire d'une variante du coronavirus, a semé le chaos dans ses relations avec le continent. Selon les autorités britanniques, ce nouveau variant du coronavirus augmente sa transmission de 40 à 70%. Depuis dimanche minuit, la France, à l'instar de nombreux pays européens dont l'Allemagne ou les Pays-Bas, avait suspendu la circulation des personnes et des biens en provenance du Royaume-Uni pour 48 heures.

Calais suspendu aux annonces du gouvernement

L'interruption du trafic a provoqué une forte perturbation dans le transport de marchandises, à quelques jours de Noël, bloquant des dizaines de poids lourds au port de Douvres, dans le Kent sur la côte sud de l'Angleterre, transformé en parking géant et aux abords duquel des embouteillages de camions s'étendent sur des kilomètres. Les gouvernements français et britannique ont d'ailleurs demandé aux routiers d'éviter de se rendre dans le Kent jusqu'à nouvel ordre, afin de ne pas aggraver le chaos, le temps que soient mis en place des centres de tests.

De l'autre côté de la Manche, au port de Calais, quasi pétrifié lundi par l'annonce du gouvernement français, l'activité avait légèrement repris mardi, s'organisant autour du fret non-accompagné, seul autorisé, dans l'attente de nouvelles annonces gouvernementales. La branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) doit réunir mercredi matin ses membres pour discuter des stratégies à mener face à la nouvelle variante du coronavirus et "suit la situation de près", a indiqué son directeur régional, Hans Kluge, sur Twitter.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP