Corée du Nord : Washington annonce la fin de la suspension des manœuvres militaires alliées

  • A
  • A
Jim Mattis n'a pas annoncé de date de reprise des manœuvres.
Jim Mattis n'a pas annoncé de date de reprise des manœuvres. © MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
Déplorant un manque de progrès sur la dénucléarisation depuis la rencontre entre Trump et Kim Jong-Un, les États-Unis reviennent sur cette décision qui avait été prise en juin comme un "geste de bonne volonté". 

Le ministre américain de la Défense, Jim Mattis, a annoncé mardi la fin de la suspension des exercices militaires alliés sur la péninsule coréenne, décidée comme un "geste de bonne volonté" après la rencontre de Donald Trump et Kim Jong Un.

"Comme vous le savez, nous avons pris la décision de suspendre les exercices militaires les plus importants en geste de bonne volonté à l'issue du sommet de Singapour" en juin, a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse, alors que les négociations sur la dénucléarisation de la Corée du Nord paraissent marquer le pas.

Une visite de Pompeo annulée. "Nous n'avons aucun projet de suspendre d'autres manœuvres", a ajouté le chef du Pentagone, alors que le président américain vient d'annuler une visite prévue de son chef de la diplomatie Mike Pompeo à Pyongyang, invoquant le manque de progrès sur la dénucléarisation.

Le chef du Pentagone s'est gardé d'annoncer une date précise pour la reprise des manœuvres militaires. Il a indiqué que les militaires consulteraient les diplomates américains chargés des négociations avec Pyongyang avant de prendre toute décision. "Nous ne les reprenons pas", a-t-il ajouté. "Nous allons voir comment les négociations se passent et nous verrons".

Plus de 28.000 militaires américains stationnés en Corée du Sud. Le Pentagone avait annoncé en juin que ses principales manœuvres militaires conjointes avec la Corée du Sud étaient désormais "suspendues indéfiniment". Environ 28.500 militaires américains sont stationnés en Corée du Sud et les entraînements conjoints avec les troupes sud-coréennes sont réguliers. Quelque 17.500 soldats américains devraient en ce moment prendre part à l'exercice Ulchi Freedom Guardian.

Ces manœuvres destinées à renforcer la préparation des troupes à une éventuelle invasion nord-coréenne regroupent chaque année à cette époque des soldats de toutes les armes (aviation, marine, armée de terre) venus, outre les États-Unis et la Corée du Sud, de plusieurs pays alliés comme l'Australie, le Canada, la Grande-Bretagne, la France ou la Nouvelle-Zélande.

Alors qu'on lui demandait si les manœuvres allaient reprendre au printemps, comme tous les ans, Jim Mattis est resté prudent. "Nous n'avons pris aucune décision à ce stade et nous consulterons le département d'État", a-t-il répondu.