Corée du Nord : une réunion des cadres du régime pour répondre aux "tensions actuelles"

  • A
  • A
Kim Jong Un a convoqué une réunion plénière des cadres du parti au pouvoir en Corée du Nord mercredi.
Kim Jong Un a convoqué une réunion plénière des cadres du parti au pouvoir en Corée du Nord mercredi. © JUNG YEON-JE / AFP
Partagez sur :
Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a convoqué mercredi une réunion plénière à la tête du parti unique au pouvoir afin de discuter des "tensions actuelles", après l'échec de son deuxième sommet avec Donald Trump. 

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a convoqué mercredi une réunion plénière à la tête du parti au pouvoir afin de discuter des "tensions actuelles", a rapporté la presse officielle. Cette réunion du Comité central du Parti des travailleurs est organisée après l'échec du deuxième sommet de l'homme fort de Pyongyang avec Donald Trump fin février à Hanoï, et au moment où le président sud-coréen Moon Jae-in part pour Washington afin de rencontrer le président américain. Mais l'agence officielle nord-coréenne KCNA laisse entendre qu'elle se focaliserait sur le développement économique.

"Situation tendue". En rencontrant des cadres du régime mardi, Kim Jong Un leur a donné l'ordre de faire montre "d'une attitude digne de maîtres de la révolution et de la construction dans la situation tendue actuelle et ainsi, de suivre la nouvelle ligne stratégique du parti", selon KCNA. En avril dernier, le dirigeant nord-coréen avait défini la "nouvelle ligne stratégique" de la formation au pouvoir comme étant "la construction économique socialiste", ajoutant que le développement des programmes nucléaires de son pays était achevé.

Pour Cheong Seong-chang, analyste à l'Institut Sejong, il est difficile pour le dirigeant nord-coréen d'initier une nouvelle direction stratégique tant que l'occupant de la Maison Blanche est disposé au dialogue. Le Comité central pourrait plutôt procéder à un remaniement au sommet du parti, dont Kim Yong Chol, l'émissaire nord-coréen aux discussions avec Washington, qui s'est "vu le plus reprocher la responsabilité de l'échec du sommet de Hanoï", dit-il. "S'il est remplacé par quelqu'un de plus flexible et d'esprit plus pratique, cela serait un feu vert, mais s'il reste, les pourparlers de dénucléarisation ne seront pas faciles".

Un sommet achevé sans communiqué ni déjeuner. Donald Trump et Kim Jong Un s'étaient rencontrés une première fois en juin 2018 à Singapour, où ils avaient signé une déclaration floue sur la "dénucléarisation de la péninsule coréenne". A Hanoï, Kim Jong Un, qui dirige un pays manquant cruellement de devises, avait réclamé la levée des sanctions infligées à Pyongyang par l'ONU du fait de ses programmes nucléaire et balistique interdits. Mais les discussions se sont achevées sans communiqué commun ni même un déjeuner, faute d'accord sur la dénucléarisation auquel aurait répondu un allègement des mesures.

Cette déconvenue soulève des questions quant à l'avenir du processus. Au Vietnam, le Nord avait expliqué qu'il voulait la levée des seules sanctions pesant sur les conditions de vie des Nord-Coréens. Mais les Etats-Unis avaient considéré que Pyongyang exigeait de fait la disparition des principales sanctions sans proposer grand chose de précis en retour. Néanmoins, les deux camps avaient fait part de leur souhait de poursuivre les discussions. Donald Trump a répété à maintes reprises qu'il avait de bonnes relations avec le Nord-Coréen, se vantant d'avoir bloqué de nouvelles sanctions contre Pyongyang.

Des sanctions qui visent "à détruire la civilisation moderne". La Corée du Nord a elle aussi pris soin de ne pas critiquer personnellement le président américain, tout en déclarant le mois dernier que les sanctions représentaient "une action contre l'humanité visant à détruire la civilisation moderne et renvoyer la société à un âge des ténèbres moyenâgeux". Peu après la rencontre vietnamienne toutefois, des images satellites avaient témoigné d'un renforcement de l'activité sur le site d'essais de fusées de Sohae, également connu sous le nom de Tongchang-ri. La communauté internationale s'était inquiétée de préparatifs éventuels de tirs de missile de longe portée ou de fusée par le Nord.