Ceuta : 600 migrants franchissent la clôture frontalière, des violences

, modifié à
  • A
  • A
Certains migrants ont jeté de la chaux vive sur les gardes, a indiqué la Garde civile.
Certains migrants ont jeté de la chaux vive sur les gardes, a indiqué la Garde civile. © JORGE GUERRERO / AFP
Partagez sur :
Certains migrants ont jeté de la chaux vive sur les gardes, a indiqué la Garde civile. Ce passage massif de la barrière est le plus important à Ceuta depuis février 2017.

Quelque 600 migrants originaires d'Afrique subsaharienne ont franchi jeudi à l'aube depuis le Maroc une haute barrière frontalière pour entrer dans l'enclave espagnole de Ceuta, certains jetant de la chaux vive sur les gardes, a indiqué la Garde civile. Ce passage massif de la barrière est le plus important à Ceuta depuis février 2017, quand plus de 850 Africains étaient entrés en quatre jours, dans une zone difficile à surveiller, notamment en cassant les portes d'accès avec cisailles et marteaux. Cette fois, les centaines de jeunes migrants ont franchi la double clôture soudainement et tous ensemble.

Une dizaine de gardes ont été blessés. Un porte-parole de la Garde civile a assuré qu'ils l'avaient fait "d'un coup, avec une grande violence", certains jetant notamment sur des agents de la chaux vive apportée dans des tubes et bouteilles. "Plus d'une dizaine de gardes" ont été blessés, dont quatre ont dû être hospitalisés pour des brûlures au visage et aux bras, selon la Garde civile. La porte-parole de la Croix-Rouge à Ceuta, Isabel Brasero, a indiqué que son équipe avait soigné 30 migrants présentant des blessures et contusions, mais "aucun blessé grave". Onze ont été conduits à l'hôpital pour des points de suture et le traitement de possibles fractures.

Les migrants se sont dirigés en courant vers le centre de rétention.  La clôture, haute de 6,5 mètres, reste surmontée de barbelés tranchants qui causent des blessures pouvant être mortelles, et que le nouveau gouvernement du socialiste Pedro Sanchez s'est engagé à retirer. Sur les photographies publiées par le journal local El Faro de Ceuta, on voit de jeunes Africains qui montrent, souriant, leurs mains ensanglantées et pantalons lacérés. Selon la Croix-Rouge, après avoir passé la clôture, les migrants se sont dirigés en courant vers le centre de rétention de l'enclave espagnole.

Ceuta et Melilla, uniques frontières terrestres entre l'Afrique et l'Union européenne. Deux impressionnantes clôtures d'acier et de barbelés - doublées d'un "mur" invisible de surveillance technologique - barrent l'accès aux micro-territoires espagnols de Ceuta et Melilla, enclavés dans le nord du Maroc, mais ne dissuadent pas les migrants d'essayer de les franchir coûte que coûte. Ceuta et Melilla présentent les uniques frontières terrestres entre l'Afrique et l'Union européenne, surveillées conjointement par l'Espagne et le Maroc.

Depuis le début de l'année, les entrées clandestines en Espagne se sont surtout faites par la mer : au moins 19.586 migrants sont arrivés en Espagne en traversant la Méditerranée, selon un décompte de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) en date du 22 juillet.