Bébés génétiquement modifiés : Pékin exige la suspension des activités des chercheurs impliqués

, modifié à
  • A
  • A
Devant le tollé suscité par les recherches, l'auteur des travaux a déclaré mercredi faire une "pause".
Devant le tollé suscité par les recherches, l'auteur des travaux a déclaré mercredi faire une "pause". © AFP
Partagez sur :
Xu Nanping, vice-ministre des Sciences et Technologies chinois, a exhorté "l'organisme concerné à suspendre les activités scientifiques des personnes impliquées".

La Chine a exigé, jeudi, la suspension des activités scientifiques des chercheurs impliqués dans la naissance supposée des premiers "bébés génétiquement modifiés", selon un média d'État.

Choc dans la communauté internationale. "Nous exhortons l'organisme concerné à suspendre les activités scientifiques des personnes impliquées", a indiqué à la télévision d'État CCTV le vice-ministre des Sciences et Technologies, Xu Nanping, qui s'est dit "fermement opposé" à ces expérimentations.

Le chercheur chinois He Jiankui a annoncé dans une vidéo diffusée en début de semaine sur YouTube la naissance "il y a quelques semaines" de deux jumelles dont l'ADN a été modifié pour les rendre résistantes au virus du sida. Cette annonce a provoqué un choc au sein de la communauté scientifique mondiale. Devant le tollé suscité par les recherches, qui n'ont pas été vérifiées de façon indépendante, l'auteur des travaux avait déclaré mercredi faire une "pause" dans ses essais cliniques.

"Une grave violation des lois". Cette expérimentation constituerait "une grave violation des lois, des réglementations et des normes éthiques" en vigueur en Chine si les faits rapportés par la presse s'avéraient exacts, a indiqué Zeng Yixin, le vice-directeur de la commission, dans une interview diffusée par CCTV. Un groupe de 122 scientifiques chinois ont déploré ces derniers jours dans un communiqué la "folie" du chercheur. La Commission nationale de la Santé, qui a rang de ministère, enquête actuellement sur les affirmations de He Jiankui.