Après le drame de Diana, la famille d'Angleterre s'est adaptée aux contraintes

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Alors que Lady Diana avait mal vécu son entrée au sein de la famille royale d'Angleterre, ses fils Harry et William ont réussi à "faire en sorte de faire des choses qu'ils aimaient faire", estime la journaliste Marion Mertens au micro de Wendy Bouchard sur Europe 1.
LE TOUR DE LA QUESTION

La famille royale d'Angleterre passionne les foules, au-delà même des frontières du Royaume-Uni. Tous les faits et gestes de ses membres sont scrutés à la loupe. C'est comme cela que certains spécialistes avaient soupçonné que Meghan, la femme du prince Harry, était enceinte, avant que l'annonce officielle ne soit faite lundi. "C'est comme une série", analyse Marion Mertens, journaliste à Paris Match et spécialiste des têtes couronnées, au micro de Wendy Bouchard au micro d'Europe 1.

"Ce n'est pas une vie de liberté, c'est une vie de contraintes." Plus qu'une série, c'est une véritable télé-réalité au quotidien, qui ne semble laisser que peu de répit à ses protagonistes. Loin de la vie rêvée que l'on pourrait imaginer en premier lieu. Notre sondage auprès des auditeurs d'Europe 1 confirme cela, puisque 85% des 2.100 votants ne veulent pas de cette vie. "Ce n'est pas une vie de liberté, c'est une vie de contraintes. Ne manquer de rien c'est bien, mais sans une certaine liberté, il faut être fort pour tenir", écrit d'ailleurs Thomas.

Cette "vie de contraintes", Lady Diana n'a jamais vraiment réussi à s'y adapter. Elle avait à peine 20 ans lorsqu'elle est "arrivée dans cette famille avec ce carcan de contraintes, de traditions", rappelle pour sa part Isabelle Rivière, journaliste spécialiste des familles royales et collaboratrice à Point de Vue. Diana "avait un esprit d'émancipation, de liberté" et "a mal vécu ce choc culturel qu'elle a connu en entrant dans la famille régnante".

>> De 9h à 11h, c’est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l’émission ici

William et Harry ont fait "en sorte de faire des choses qu'ils aimaient faire". Ses enfants, Harry et William, ont été témoin de cela et n'ont pas voulu vivre la même chose. "Ils ont très bien compris comment ils devaient faire" afin de "faire en sorte de faire des choses qu'ils aimaient faire", souligne Marion Mertens. Et ce qu'ils n'ont pas voulu s'infliger à eux-mêmes, ils ont également fait en sorte de ne pas le faire subir à leur femme. "Ils ont fait attention que leur vie privée et que leurs compagnes puissent avoir un rôle qui leur ressemble et qu'ils aient la vie qui leur plaît", poursuit-elle.

"William et Harry ont eu à cœur de ne pas reproduire les mêmes erreurs que leur père", complète Isabelle Rivière. "Ils ont tous les deux épousé des femmes qui étaient beaucoup plus âgées au moment de leur mariage que ne l'était leur mère." En expliquant cela, Isabelle Rivière souligne l'importance de la "maturité que n'avait pas Diana mais qu'avaient Kate et Meghan lorsqu'elles se sont mariées".

Mireille, auditrice d'Europe 1, partage cet avis : "Ils (William et Harry) ont une chance formidable, c'est de pouvoir vivre leur vie avec beaucoup plus de passion. Je ne suis pas envieuse mais je trouve que c'est merveilleux. J'espère que de là où elle est, Diana est fière d'eux."

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau