Affaire Huawei : la Chine dénonce les "manipulations politiques" des Etats-Unis

, modifié à
  • A
  • A
© BRENDAN SMIALOWSKI / AFP
Partagez sur :
Au lendemain de l'inculpation aux Etats-Unis de deux filiales d'Huawei, Pékin a dénoncé des "manipulations politiques".

La Chine a accusé mardi les Etats-Unis de "manipulations politiques" dans l'affaire Huawei, après que Washington a dévoilé des chefs d'inculpation contre le géant chinois des télécoms et sa directrice financière, actuellement détenue au Canada. Le géant des télécoms, qui rejette les accusations américaines, a également réagi en se disant "déçu".

"Des opérations légitimes et légales". "Les États-Unis utilisent le pouvoir de l'État pour discréditer et attaquer certaines entreprises chinoises, dans une tentative d'étrangler leurs opérations, qui sont légitimes et légales", a indiqué dans un communiqué Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. "Il y a derrière tout cela de fortes visées politiques, des manipulations politiques."

13 chefs d'inculpation. Le ministère américain de la Justice a dévoilé lundi 13 chefs d'inculpation, liés à des violations supposées des sanctions américaines contre l'Iran, à l'encontre du groupe chinois et de sa directrice financière Meng Wanzhou, arrêtée au Canada en décembre à la demande des enquêteurs américains. Parallèlement, il a inculpé deux filiales de Huawei, notamment d'association de malfaiteurs en vue de voler des secrets industriels, en l'occurrence des technologies cellulaires de l'américain T-Mobile.

Une directrice financière au cœur de l'affaire. Selon le porte-parole Geng Shuang, la Chine est "profondément préoccupée" par ces inculpations, et appelle le ministère de la Justice à immédiatement abandonner sa demande d'extradition visant Meng Wanzhou, actuellement à Vancouver. "Nous exhortons les États-Unis à mettre fin à la répression injustifiable visant les entreprises chinoises, dont Huawei, et à traiter les entreprises chinoises de manière objective et équitable", a indiqué Geng Shuang. Il a également appelé le Canada à libérer Meng Wanzhou.