Accord UE : MSF dénonce le "blocage" des migrants "aux portes de l'Europe"

  • A
  • A
"Sans sourciller, ils ont formalisé (...) l'utilisation des garde-côtes libyennes pour intercepter les gens et les renvoyer en Libye", a dénoncé MSF. © MAHMUD TURKIA / AFP
Partagez sur :

Médecins sans Frontières (MSF) a condamné l'accord signé par les États membres de l'UE dans la nuit de jeudi à vendredi sur la gestion des migrants arrivant de Méditerranée.

L'ONG Médecins sans frontières (MSF) a fustigé vendredi l'accord européen sur les migrations, accusant les pays de l'Union européenne de s'être mis d'accord sur "le blocage des personnes aux portes de l'Europe".

Des migrants filtrés quel que soit leur profil. "Les seules composantes sur lesquelles les États européens semblent s'être mis d'accord sont, d'une part, le blocage des personnes aux portes de l'Europe, quelle que soit leur vulnérabilité et les horreurs qu'ils fuient, et d'autre part, la diabolisation des opérations non gouvernementales de recherche et de sauvetage", a déclaré la responsable des urgences pour MSF, Karline Kleijer.

"Sans sourciller, ils ont formalisé (...) l'utilisation des garde-côtes libyennes pour intercepter les gens et les renvoyer en Libye, tout en sachant que cela revenait à les condamner à la détention arbitraire et aux abus de toutes sortes", a-t-elle ajouté.

L'accord responsable de "chaque mort". Karline Kleijer a jugé que ces actions empêchent MSF "de faire le travail que les gouvernements de l'UE refusent de prendre en charge tout en déshumanisant les personnes dans le besoin". "Sur eux pèsera la responsabilité de chaque mort qui en résultera", a-t-elle conclu.

Création de "plateformes de débarquements". Le compromis européen, conclu à 04h30 du matin après neuf heures de discussions, propose une "nouvelle approche" avec la création de "plateformes de débarquements" de migrants en dehors de l'UE pour dissuader les traversées de la Méditerranée.

Pour les migrants secourus dans les eaux européennes, des "centres contrôlés" sont proposés, que les États membres mettraient en place "sur une base volontaire", et d'où une distinction serait faite "rapidement" entre migrants irréguliers à expulser et demandeurs d'asile légitimes, qui pourraient être répartis dans l'UE, là aussi "sur une base volontaire". Un avertissement est en outre lancé aux ONG. "Tous les vaisseaux opérant en Méditerranée doivent respecter les lois applicables et ne pas obstruer les opérations des gades-côtes libyens".

Déjà des doutes de pays membres. Toutefois, de premiers doutes commençaient à émerger sur l'accord, certains pays de l'UE se montrant déjà peu enclins à faire preuve de solidarité quant à la prise en charge des arrivants réclamée par l'Italie, qui avait menacé de faire capoter le sommet. Selon MSF, les politiques mises en place jusqu'à présent par les gouvernements européens "condamnent les gens à être enfermés en Libye ou à se noyer en mer".