Les États-Unis et la Chine en concurrence pour lancer le premier "robot sexuel"

  • A
  • A
Poupée gonflable 1280 1:30
Pour l'instant, seules les poupées gonflables sont vendues. © Behrouz MEHRI / AFP
Partagez sur :
Des poupées gonflables aux robots d'amour, des inventeurs américains et chinois ont lancé la création de ces nouvelles "compagnes" qui devraient atterrir dans les lits dès 2018.

Après les poupées gonflables inertes auxquelles on peut faire l'amour, des inventeurs américains promettent de commercialiser dès 2018 une version animée de ces "poupées d'amour". "Ces 'Love dolls' auront pour particularité d’avoir des têtes robotisées, de l’intelligence artificielle, de la reconnaissance vocale et sonore. Ce sont des poupées plus vraies que nature avec des plastiques qui font penser aux actrices du porno" explique Bruna Busini, journaliste au Journal du Dimanche, qui a mené l'enquête sur ce phénomène. 

Des compagnons de substitution. Il devrait exister des modèles pour femmes mais les prototypes imaginés par les Américains sont surtout imaginés pour les hommes. Des hommes souvent seuls, à qui ces inventeurs veulent "créer un compagnon qui puisse apporter présence, assistance et confort sexuel, que ce soit un partenaire de substitution au sens large" rajoute Bruna Busini. Ces "robots sexuels "à l'effigie de "jeune collégienne ou d'athlète" pourraient être vendus entre 8.000 à 15.000 euros. 

Briser la solitude… pour plus d'isolement ? Si les Américains promettent une sortie rapide, des inventeurs chinois planchent également sur des modèles qui devraient être moins chers. Des prix bas sont envisagés pour permettre aux gens seuls de trouver une compagnie, fictive certes mais qui peut les aider. "C’est une chose qui peut être assez troublante parce qu’on ne sait pas quelle relation peut se nouer à terme entre Mr et Mme Tout le Monde et leur robot. Là ça servir à des fins thérapeutiques, une compagnie pour briser une solitude", raconte la journaliste.

Des aides et des solutions pour aider les plus seuls donc, mais une initiative qui pourrait également isoler encore plus certaines personnes explique Bruna Busini : "Ça peut être aussi le réceptacle de toutes les déviances, voir une forme d’isolement de plus en plus marqué en matière de pratiques sexuelles". 

Europe 1
Par Jihane Bergaoui avec P.L.