Vendée : un détenu profite d'une consultation médicale pour s'évader quelques heures

  • A
  • A
L'homme était détenu "depuis quelques mois" pour trois affaires de "vol et infraction à la circulation routière".
L'homme était détenu "depuis quelques mois" pour trois affaires de "vol et infraction à la circulation routière". © Philippe HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Un détenu de 33 ans a profité d'une extraction médicale jeudi pour s'enfuir plusieurs heures de la maison d'arrêt de Fontenay-le-Comte... avec ses menottes.

Un détenu de la maison d'arrêt de Fontenay-le-Comte, en Vendée, emprisonné pour des affaires de petite et moyenne délinquance, s'est évadé durant plusieurs heures jeudi à la faveur d'une extraction médicale, a-t-on appris auprès du procureur de la République de La Roche-sur-Yon.

En liberté avec ses menottes. "Il est parti en courant", a expliqué à l'AFP le procureur Hervé Lollic au sujet de cet homme détenu "depuis quelques mois" pour trois affaires de "vol et infraction à la circulation routière", qui a été arrêté dans l'après-midi. Son évasion aura duré quelques heures puisque le prisonnier, né en 1985, avait pris la fuite durant une consultation médicale en fin de matinée, toujours selon le procureur. Le jeune homme interpellé par les gendarmes avait encore un an de prison à faire et s'était enfui "avec ses menottes", a précisé le procureur.

Plusieurs personnes bousculées sur sa route. Cette information a été corroborée par la Direction de l'administration pénitentiaire (DAP) selon laquelle il a forcé le passage des deux agents présents lors du rendez-vous médical et s'est donc évadé menotté. Les agents ont tenté de le rattraper en "tenaille" mais un des deux a été bousculé. Une personne âgée a également été bousculée par le détenu, précise encore la DAP.

Sa compagne est enceinte. Selon une source pénitentiaire, le détenu avait demandé une permission de sortie pour ce lundi, qui a été rejetée par le juge de l'application des peines (JAP). Il aurait par ailleurs tenté à plusieurs reprises de joindre sa femme par téléphone, sans succès. Il aurait alors pu profiter de cette "opportunité" d'extraction médicale pour tenter de rejoindre sa compagne, actuellement enceinte, car son profil ne présente aucune problématique particulière, a détaillé cette source pénitentiaire.

Les + lus