Val-de-Marne : ses parents se font cambrioler, il met en ligne la vidéo du vol

, modifié à
  • A
  • A
Alors que la police a reçu la plainte de la famille jeudi, elle estime que la publication de la vidéo est une gêne pour son enquête.
Alors que la police a reçu la plainte de la famille jeudi, elle estime que la publication de la vidéo est une gêne pour son enquête. © DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :
Après le cambriolage de la maison de ses parents mercredi, un  homme a décidé de poster sur les réseaux sociaux la vidéo du vol pour retrouver les malfaiteurs. 

C'est la troisième fois que ses parents se font cambrioler. La fois de trop à en croire leur fils qui, excédé, à décider de mettre en ligne la vidéo du vol survenu mercredi dans un pavillon de Champigny-sur-Marne, a rapporté jeudi Le Parisien.

Où est la chambre "de la daronne" ? Le cambriolage a eu lieu alors que la maison était vide de ses habitants. De quoi mettre en colère la famille, déjà victime de ce méfait deux fois dans le passé. Mais heureusement, les lieux étaient équipés pour garder un souvenir de cette nouvelle visite incongrue : une caméra disposée sous un radiateur qui tourne dès qu'elle détecte un mouvement. Résultat, le fils des deux victimes a décidé de mettre en ligne les images de l'infraction. On y voit sur des images très nettes les visages des cambrioleurs, son en prime. Les malfaiteurs se demandent ainsi où est "la chambre de la daronne (de la mère, ndlr)".

"J'ai pris tout de suite la décision". La vidéo a été postée Facebook, s'attirant de nombreux messages de soutiens. "PARTAGEZ A VOLONTE. Si vous connaissez, je prends les noms par message privé", écrit Khalid. "On travaille comme des malades, ce n’est pas pour se faire voler", argumente-t-il. "Dès que j’ai su que les deux gars avaient été filmés, j’ai pris tout de suite la décision", a expliqué l'homme au Parisien. "Lors du dernier cambriolage, les auteurs n’ont jamais été retrouvés et on attend toujours que l’assurance nous rembourse. Alors avec mon frère on s’est dit qu’on allait essayer de trouver par nous-mêmes", précise-t-il.

La police désapprouve. La démarche cependant n'a pas eu l'heur de plaire à la police. Alors qu'elle a reçu la plainte de la famille jeudi, elle estime que la publication de la vidéo est une gêne pour son enquête. "C’est n’importe quoi, laissez-nous bosser !" s'emporte auprès du quotidien une source policière, "il y a une vidéo avec les visages des auteurs. C’est très simple de les retrouver. On risque juste de compromettre l’enquête. C’est quoi la prochaine étape ? On ajoute Wanted ? C’est complètement idiot".