Émotion et colère lors de la marche blanche pour le conducteur de Bayonne

  • A
  • A
Bayonne Philippe Monguillot 1:45
© Stéphane Place, Europe 1
Partagez sur :
Les proches de Philippe Monguillot, conducteur de tram'bus violemment agressé à Bayonne dimanche, ont organisé une marche blanche, mercredi soir. Entre émotion et colère, de nombreux Bayonnais étaient présents pour rendre hommage à ce quinquagénaire, aujourd'hui en état de mort cérébrale.
REPORTAGE

Trois jours après la très violente agression d’un conducteur de bus à Bayonne, dimanche soir, les quatre suspects ont été mis en examen. Tous ont été placés en détention provisoire, deux d’entre eux, âgé de 22 et 23 ans, le sont pour tentative de meurtre. Mercredi soir, les proches de la victime, entre la vie et la mort, ont appelé à une marche blanche.

"Il va manquer à sa femme, à ses trois filles…"

Collègues du conducteur, habitants de l’agglomération bayonnaise… Vêtues de blanc, une fleur à la main, de nombreuses personnes se sont rassemblées à l’arrêt Balichon, arrêt où le conducteur de bus a été roué de coups, dimanche.

Quelques heures avant le drame, Jean-Pierre était monté à bord du tram’bus que conduisait Philippe Monguillot. "C’était un ami à moi", raconte-t-il. "Je prends le bus depuis 30 ans à Bayonne, je l’ai vu dimanche après-midi, il m’a emmené à Biarritz, je l’ai recroisé, et depuis je ne l’ai plus revu".

"Il se faisait respecter dans son travail, ce qui est normal", poursuit-il, "C’est lamentable, c’est criminel, il va manquer à sa femme, à ses trois filles… À Bayonne, ça devient grave, tous les jours je vois des incivilités !"

"Dès que vous refusez de donner une cigarette, on vous casse la gueule !"

Les yeux pleins de larmes, révoltés par cette agression, les Bayonnais présents à la marche blanche ont tenu à manifester "par solidarité", explique l’un des participants. "Ce sont des choses qui sont inadmissibles", abonde-t-il. "On est dans une société où dès que vous refusez de donner une cigarette, on vous casse la gueule !"

Autour des proches de la victime, la marche blanche a ensuite pris la direction de l’hôpital où a été pris en charge le conducteur de bus agressé. Le quinquagénaire est en état de mort cérébrale.

Europe 1
Par Stéphane Place, édité par Pauline Rouquette