Un an après, les proches de Steve Maia Caniço toujours marqués par sa disparition

, modifié à
  • A
  • A
Une marche blanche aura lieu dimanche en hommage à Steve, décédé en juin 2019 à Nantes 1:21
Une marche blanche aura lieu dimanche en hommage à Steve, décédé en juin 2019 à Nantes © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Un an jour pour jour après la mort de Steve Maia Caniço, une marche blanche est organisée dimanche pour rendre hommage au jeune homme mort noyé dans la Loire après une opération policière. Europe 1 est allé à la rencontre de ses proches, toujours marqués par sa disparition et qui s'interrogent sur ce qui s'est passé lors de la fête de la musique en 2019.
REPORTAGE

"Moi, je ne suis pas encore prêt à refaire une fête de la musique. En tout cas pas ici". Maël, comme de nombreux autres jeunes Nantais, est resté marqué par les événements de la nuit du 21 au 22 juin 2019. Il y a un an, sur le quai Wilson, la fête de la musique s'est terminée tragiquement avec une intervention des forces de l'ordre durant laquelle 14 jeunes au moins sont tombés dans la Loire. Au lever du jour, l'un d'eux, Steve Maia Caniço, ne répondait pas aux nombreux appels de ses proches au téléphone. 

"Dès que je vois la Loire, j'ai le cœur qui pince et la voix qui tremble"

"Steve sans batterie, ok, mais pas sans prévenir", raconte Maël au micro d'Europe 1. À 24 ans, le jeune homme, un animateur dans le périscolaire, avait toute la vie devant lui. Son nom, et la question "Où est Steve ?" sont devenus un slogan dans la France entière pour dénoncer, un an avant le mouvement contre les violences policières. Après des années de fête de la musique célébrée quai Wilson, les polémiques se sont succédé à l'été 2019 au sujet de l'emplacement jugé dangereux et de l'intervention policière perçue comme disproportionnée face à des jeunes qui s'amusaient dans un quartier sans habitations.

Le corps de Steve a été finalement repêché un mois plus tard, le 29 juillet. Depuis, ses proches s'interrogent toujours sur ce qu'il s'est passé cette nuit-là. "Si ça se trouve, il est tombé le premier ou il les a suivis. Si ça se trouve, il s'est fait bousculer par quelqu'un en courant", explique Maël. Ces questions, l’enquête n'y a toujours pas répondu.

"J'ai de la colère qui monte"

En attendant, Caro et Manon restent comme "hantées" par ce fleuve, qui a englouti leur ami. "Dès que je vois la Loire, c'est Steve, j'ai le cœur qui pince et la voix qui tremble", raconte l'une au micro d'Europe 1. "Mon sternum, il se transforme en barre de métal qui se compresse de plus en plus jusqu'à avoir du mal à respirer. J'ai de la colère qui monte et des fourmis dans la tête". 

Caro, Manon et Maël reviendront pourtant sur le quai Wilson, dimanche après-midi, qui sera le point d'arrivée d'une marche blanche qu'ils ont organisée en mémoire de Steve. "Prévue à 15 heures, la manifestation a fait l'objet d'une déclaration en bonne et due forme en préfecture et est autorisée dans le respect des mesures sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19", a indiqué la préfecture dans un communiqué. Près de 3.000 personnes ont annoncé leur intention d'y participer.

Europe 1
Par Charles Guyard, édité par Ariel Guez