Toulon : un policier employé au tribunal écroué après un viol commis dans les geôles

  • A
  • A
Âgé de 59 ans, le policier était employé de longue date au service des escortes du tribunal. Image d'illustration.
Âgé de 59 ans, le policier était employé de longue date au service des escortes du tribunal. Image d'illustration. © Jeff PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Le policier de 59 ans, qui a reconnu les faits, a été mis en examen pour viol aggravé par sa qualité de personne dépositaire de l'autorité publique. 

Un policier employé au tribunal de Toulon, accusé d'avoir commis un viol sur une détenue, a été mis en examen et écroué jeudi soir, a-t-on appris vendredi auprès du procureur Bernard Marchal.

Les faits se sont déroulés le 13 juin dernier, a précisé le magistrat, confirmant une information de Var-Matin. Une jeune femme née en 1982, qui comparaissait pour escroquerie dans le cadre d'une comparution immédiate, a demandé un délai pour sa défense et vu son procès reporté au 27 juin.

Dans l'attente, elle a été placée en détention et reconduite, à l'issue de l'audience, dans les geôles du tribunal, avant son transfert pour la prison des Baumettes à Marseille.

La jeune femme voulait un téléphone pour appeler sa famille. C'est à ce moment-là que les faits se sont produits, a poursuivi le procureur de Toulon. En larmes, la jeune femme a demandé au policier de lui prêter son téléphone pour prévenir sa mère et sa fille de son incarcération. Le policier, un homme de 59 ans en poste de longue date au service des escortes du tribunal de Toulon, aurait accepté en échange d'une fellation. La victime, quelques jours plus tard, lors de son incarcération aux Baumettes, a été convaincue par le service de probation de porter plainte et une enquête a alors été confiée à l'IGPN de Marseille.

De nombreux éléments ont été recueillis, selon le magistrat, tendant à accréditer la version de la jeune femme, notamment la véracité de l'appel passé à sa famille depuis le téléphone du policier, des traces de sperme correspondant à son ADN dans les toilettes des geôles du tribunal et des témoignages concordants.

Le policier a affirmé dans un premier temps qu'il pensait nouer une relation avec la victime. De nombreux appels ont aussi été passés par le policier lui-même à la jeune femme, y compris après sa remise en liberté à l'issue de son procès le 27 juin à la suite duquel elle a été condamnée sans être incarcérée.

Interpellé mercredi matin, le policier a reconnu les faits après avoir assuré, dans un premier temps, qu'il pensait qu'ils étaient en train de nouer une relation. Il a été écroué après une mise en examen pour viol aggravé par sa qualité de personne dépositaire de l'autorité publique.

Les + lus