Strasbourg : quatre mois de prison ferme pour avoir mis une main aux fesses d'une femme

, modifié à
  • A
  • A
Le tribunal a prononcé une peine exemplaire.
Le tribunal a prononcé une peine exemplaire. © DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :
Un quinquagénaire a été condamné à quatre mois de prison ferme pour avoir "frappé" les fesses d'une passante à Strasbourg.

Un homme a écopé de quatre mois de prison ferme, mardi, pour avoir "frappé" les fesses d'une passante, à Strasbourg, relate les Dernières nouvelles d'Alsace. Le tribunal a retenu la proposition du procureur qui avait fustigé "un geste particulièrement dégradant, humiliant". Le quinquagénaire est maintenu en détention et devra également s'acquitter de 500 euros de dommages et intérêts.

"Il m’a frappé la fesse droite". Les faits remontent au 24 août. La victime, une jeune femme de 19 ans, se promène dans la rue Kuhn quand un homme l'accoste. "Il s’est approché de moi en me disant quelque chose que je n’ai pas compris", a-t-elle raconté lors de l'audience au tribunal de Strasbourg. Elle poursuit son chemin, mais, "en passant derrière moi, il m’a frappé la fesse droite", accuse la victime. Elle réclame des explications à son agresseur qui répond que ce n'est pas bien grave. Mais quand elle menace d'appeler la police, l'homme "se met à supplier".

Le quinquagénaire repart tranquillement et passe dans un bureau de tabac acheter des cigarettes, tranquillement. "Son geste était voulu", assure la victime. "À mon avis, il n’en était pas à son coup d’essai. Pour lui, c’est un geste normal." L'agresseur sera interpellé plus tard. Au tribunal, il affirme qu'il était ivre au moment des faits. "J’avais bu quatre verres juste avant. C’est vrai, j’ai fait une erreur. C’est la honte", admet-t-il, avant de justifier plus que maladroitement son geste déplacé : "C’est comme ça, pour rigoler".

"Des faits banalisés". Une attitude qui n'a pas plu au procureur qui a fustigé "un geste particulièrement dégradant, humiliant". La magistrate a partagé l'avis de la victime "qui a l’impression que ces faits sont banalisés et qu’ils pourraient se répéter". Suivant ses recommandations, le tribunal a condamné l'homme à quatre mois de prison ferme et 500 euros de dommages et intérêts. Selon les informations d'Europe 1, le casier judiciaire de cet homme comporte plusieurs dizaines de mentions.

Les + lus