Marseille : un homme tué par un commando lourdement armé, un autre grièvement blessé

, modifié à
  • A
  • A
Un homme a été tué et un autre grièvement blessé par un commando armé dans le quartier marseillais de La Busserine. © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :

Deux frères ont été attaqués par un commando armé mardi soir dans une cité marseillaise, l'un a succombé à ses blessures et l'autre est grièvement blessé. Deux hommes ont ensuite été interpellés alors qu'ils venaient de mettre le feu à la voiture utilisée pour l'attaque, selon les informations d'Europe 1.

Un commando constitué de quatre personnes a attaqué deux frères dans le quartier sensible de La Busserine, à Marseille, mardi soir. L'une des victimes a succombé à ses blessures tandis que l'autre a été hospitalisée dans un état grave, selon les informations d'Europe 1. Deux hommes ont rapidement été interpellés après la fusillade.

Un mort et deux blessés. Mardi soir, un groupe d'hommes équipés de "fusils d'assaut" a fait feu sur une voiture grise, selon une source proche de l'enquête citée par La Provence. Un homme de 42 ans a reçu de plusieurs balles et a succombé à ses blessures. Son frère, âgé de 44 ans, a également été touché. Il a été hospitalisé avec un pronostic vital engagé. Les deux hommes étaient bien connus des services de police, selon les informations d'Europe 1. Il s'agirait d'un règlement de compte sur fond de trafic de stupéfiants. 

Un jeune homme de 18 ans a également été blessé à la tête. Il serait tombé en fuyant les lieux de la fusillade. Conscient lorsqu'il a été pris en charge par les secours, il aurait assuré n'avoir rien vu, selon La Provence.

Déjà deux interpellations. Deux hommes de 26 ans et 33 ans, déjà connus des services de police, ont été arrêtés dans la foulée du crime. Ils venaient de participer à l'incendie d'une voiture utilisée par le commando armé, selon les informations recueillies par Europe 1. Ils ont été placés en garde à vue. L'enquête confiée à la brigade criminelle de Marseille devra désormais déterminer si le commando visait une ou deux personnes. 

Un règlement de compte ? En mai dernier, un groupe armé avait déjà semé la terreur dans ce même quartier connu pour être un haut-lieu du trafic de drogue marseillais. Une dizaine d'individus cagoulés et armés de kalachnikovs avait tiré des coups de feu en l'air et mis en joue des policiers. En 2018, 23 personnes sont mortes dans des règlements de comptes dans les Bouches-du-Rhône.

Les + lus