Manche : 18 migrants sauvés sur deux embarcations dans la nuit

, modifié à
  • A
  • A
police aux frontières
Ces migrants ont été arrêtés au moment où ils cherchaient à rejoindre l'Angleterre durant une nuit où les conditions climatiques étaient bonnes. © ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :
Onze de ces migrants étaient en route vers Calais jeudi pour être remis à la police aux frontières, les sept autres ont été remis aux autorités britanniques. 

Dix-huit migrants, sept dans une première embarcation et onze dans une seconde, ont été sauvés dans la nuit de mercredi à jeudi lors d'une tentative de rejoindre l'Angleterre, a-t-on appris auprès de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord. Les bonnes conditions climatiques (pleine lune, mer calme) pourraient expliquer cette double tentative. 

Remis à la police aux frontières. "Tous sont sains et saufs. Sept migrants, six hommes et une femme, ont été remis à la Border Force britannique et onze autres, de la seconde embarcation, étaient en route vers Calais pour être remis à la PAF (police aux frontières, ndlr)", a indiqué une porte-parole de la préfecture maritime.

Deux alertes à deux heures d’intervalle. Vers minuit, un remorqueur de la marine française "a repéré une embarcation en mer. Il y a eu ensuite un passage de relais à la Border Force, qui a récupéré via son embarcation les sept migrants, six hommes et une femme", d'après la même source. D'importants moyens ont été engagés par les autorités françaises, avec un avion de patrouille maritime, un hélicoptère, un remorqueur et un patrouilleur.

Vers 2 heures, c'est un ferry qui a cette fois-ci alerté les autorités après avoir découvert une autre embarcation faisant route vers l'Angleterre et qui était en détresse, en panne, avec onze migrants à bord. 

Une traversée très dangereuse. Le 13 novembre, 17 migrants dont trois mineurs, se disant iraniens, avaient déjà traversé la Manche sur un bateau de pêche volé à Boulogne-sur-Mer, avant d'être interceptés près de Douvres. La densité du trafic, les courants importants, les hauts fonds, le vent quasi permanent et la température de l'eau rendent la traversée du détroit du Pas-de-Calais (33 km de distance minimale) très difficile et extrêmement dangereuse. D'après la préfecture maritime, il y a eu 23 tentatives de traversées "en embarcation de fortune" de la Manche en 2016 et 13 en 2017.