Le commissariat de Champigny-sur-Marne attaqué dans la nuit

, modifié à
  • A
  • A
Aucun policier n'a été blessé. 1:56
Aucun policier n'a été blessé. © Capture d'écran Twitter/LeCapricieux94
Partagez sur :
Dans la nuit de samedi à dimanche, le commissariat de Champigny-sur-Marne a été attaqué par plusieurs dizaines d'individus, selon les informations d'Europe 1. Les assaillants ont tenté de briser la vitre blindée de la porte d'entrée, puis ont effectué plusieurs tirs de mortier. 

Le commissariat de Champigny-sur-Marne, implanté dans un quartier sensible, a été la cible d'une attaque en règle dans la nuit de samedi à dimanche, selon les informations recueillies par Europe 1. Peu avant minuit, alors que deux policiers faisaient une pause cigarette à l'extérieur, ils ont soudainement vu surgir une quarantaine de personnes venues en découdre.

Les deux fonctionnaires ont tout juste eu le temps de s'enfermer dans le sas de sécurité, précise à Europe 1 le syndicat Alliance. Ils n'ont pas été blessés. Les assaillants ont tenté de briser la vitre blindée de la porte d'entrée à coups de barre de fer. Ils ont ensuite allumé des feux de poubelles à proximité du commissariat qui a été également la cible d'impressionnants tirs de mortier, comme en témoigne une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Plusieurs véhicules dégradés

Au total, deux voitures de police et trois véhicules saisis dans le cadre d'une enquête ont été dégradés et plusieurs vitres du bâtiment ont été brisées. "Ils se sont rapprochés du commissariat en essayant de rentrer dans l'enceinte, avec des jets de bâtons, de pierres", explique à Europe 1 Eddy Deboste, du syndicat de police Alliance. "Ils ont réussi à casser une vitre. Des véhicules ont été dégradés, des véhicules saisis aussi. Nos collègues se sont réfugiés, ont appelé des renforts, et puis il y a eu la dispersion."

Ces violences sont survenues alors que des tensions se manifestaient déjà depuis plusieurs jours dans ce quartier. Aucune personne n'a été interpellée.

Europe 1
Par Guillaume Biet, édité par Antoine Terrel