"Je n'ai jamais parlé" avec Mickaël Harpon, se défend l'un des imams de la mosquée de Gonesse

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Sur la sellette depuis la tuerie à la préfecture de police de Paris, Ahmed Hilali se défend mercredi. L'un des imams de la mosquée de Gonesse, fiché S, estime que Mickaël Harpon "est un monstre qui a trahi l'islam".
REPORTAGE

Il aurait dû quitter le territoire en 2015. Toujours présent sur le sol français, l'un des imams de Gonesse, où Mickaël Harpon, l'auteur de l'attaque de la préfecture de police de Paris, avait ses habitudes, se défend. Sur le parvis de la mosquée, Ahmed Hilali, fiché S, a tenté de répondre point par point aux accusations portées à son encontre.

Son obligation de quitter le territoire serait dû à un différend familial avec son ex-femme. Son renvoi de la mosquée de Sarcelles serait la conséquence de problèmes liés à la déclaration de ses revenus. Ahmed Hilali l'affirme : en aucun cas, il n'est question de radicalisation dans son parcours. 

"Ce monstre a trahi les musulmans"

Quant à Mickaël Harpon, "ce monstre" selon ses mots, qu'il décrit comme quelqu'un de discret, priant à la mosquée de Gonesse deux fois par jour, Ahmed Hilali s'emporte. "Je le voyais comme je vois beaucoup de fidèles qui fréquentent la mosquée. Je n’ai jamais parlé avec lui. Je n’ai jamais échangé de coordonnées." L'imam dit "condamner" ce que cet informaticien de 45 a fait à la préfecture de police de Paris, jeudi dernier, tuant quatre personnes. "Ce monstre-là a trahi les musulmans, il a trahi l'islam."  

Pas de contact avec la police

Sous le feu des projecteurs, Ahmed Hilali a reçu le soutien de l'imam en titre de Gonesse, Hassan El Houari. Attristé par l'image médiatique renvoyée par sa mosquée, il a réitéré sa confiance à son collègue. "Est-ce que vous ne remarquez pas un problème quelque part ?" demande-t-il alors qu'il avoue que ni lui ni Ahmed Hilali n'ont été contactés par la police. "Je suis très choqué quand vous me dites que celui-là est un 'radicaliste'." Les deux imams ont salué le discours d'Emmanuel Macron, qui a dit vouloir combattre "l'hydre islamiste". Ils promettent eux aussi de tout faire pour cela. 

Europe 1
Par Justin Morin, édité par Cédric Chasseur

Les + lus