INFO EUROPE 1 - Un maire de la région lyonnaise menacé de décapitation dans un tag

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Des tags menaçants Jérémie Breaud, le maire LR de Bron, en banlieue de Lyon ont été découverts jeudi matin. Les faits auraient été commis entre minuit et 1h dans la nuit par une vingtaine d’individus.

Des tags menaçants Jérémie Bréaud, le maire LR de Bron, en banlieue de Lyon, ont été découverts jeudi à Chassieu, commune voisine. Selon nos informations, les faits auraient été commis entre minuit et une heure dans la nuit par une vingtaine d’individus. C’est un agent de sécurité qui les a découverts sur un chantier qu’il surveillait. Sont inscrits notamment "On va te décapiter" et "nique la mumu", en référence à la police municipale.

Breaud ok

"Ces violents écrits sont inqualifiables, mais ne m’impressionnent pas. Je ne céderai pas dans la lutte contre la délinquance et l’insécurité ; car la sécurité est la première des libertés", a réagi le maire de Bron, dans un communiqué. "À l’heure où notre pays est victime de la barbarie de l’Islam radical, où les valeurs de la République sont quotidiennement bafouées, je ne peux accepter de tels menaces et propos à mon égard et envers tous les élus de la République, des forces de sécurité, des sapeurs-pompiers, des enseignants ou le corps médical dans son ensemble", a-t-il poursuivi, annonçant avoir porté plainte.

Selon Lyon Mag, Jérémie Bréaud a été régulièrement la cible de menaces de mort ces derniers jours, après un coup de filet anti-stupéfiants mené dans sa ville.

Bron

Jérémie Bréaud en appelle désormais à une réponse forte de la part des autorités. "Les sanctions pénales contre les atteintes aux personnes exerçant, ici un mandat, doivent plus que jamais être renforcées par des vraies sanctions pénales et non par un simple rappel à la Loi. Il est insupportable que des élus de la République soient pris ainsi à partie et soient victimes de violence dans l’exercice de leurs missions au service de l’État et de la République", a martelé l'élu Les Républicains. Et d'enchaîner : "C’est une atteinte grave à notre idéal démocratique fondé par notre pacte républicain. Beaucoup trop de Maires ont déjà été agressés, soit par écrit, soit verbalement ou physiquement. Nous sommes aujourd’hui des victimes récurrentes d’une violence de plus en plus grande".