Cagnes-sur-Mer : un nœud de pendu laissé "pour la police" découvert dans un squat

, modifié à
  • A
  • A
Le syndicat Alliance "attend des condamnations sévères pour ceux qui ont fait ça".
Le syndicat Alliance "attend des condamnations sévères pour ceux qui ont fait ça". © AFP
Partagez sur :
Dans un local désaffecté où avait lieu des trafics, et que la police s'apprêtait à murer, ont été retrouvés un nœud de pendu et un écriteau incitant les policiers à mettre fin à leurs jours.

Une enquête a été ouverte à Cagnes-sur-Mer, près de Nice, après la découverte d'un nœud de pendu et d'un message d'incitation au suicide laissé à l'intention de la police dans un local désaffecté qu'elle s'apprêtait à murer pour stopper les trafics, a indiqué lundi le syndicat Alliance 06.

"Pour la police, suicide toi cul nul"

"Une interpellation avait eu lieu la semaine dernière pour un trafic et ce local devait être muré. Nos collègues en patrouille sont passés samedi matin pour s'assurer qu'il était vide quand ils ont découvert cette mise en scène", a précisé Nicolas Vincent, secrétaire départemental adjoint du syndicat dans les Alpes-Maritimes. 

Des photos reproduites sur un tract d'Alliance 06 intitulé "Honte à ces ordures" montre une chaise disposée sous un nœud coulant accroché au plafond dans ce garage jonché de détritus, ainsi qu'une pancarte appuyée à une bouteille de champagne vide où l'on peut lire : "Pour la police, suicide toi cul nul". Une autre pancarte barrée de panneaux de danger griffonnés à la main porte l'inscription : "Jetez les cadavres, container à police".

Alliance attend "des condamnations sévères"

"On ne lâchera pas face à de tels agissements, laisser ça sans réponse c'est inconcevable !", a réagi le responsable syndical, qui "attend des condamnations sévères pour ceux qui ont fait ça". "L'incitation au suicide est un délit", a-t-il ajouté et c'est "un sujet grave à côté duquel il ne faut pas passer". Lui-même père de famille, il affirme que ses enfants taisent en cour de récréation son métier par peur des réactions. 

Vingt-huit policiers, deux gendarmes et deux pompiers, se sont donné la mort depuis janvier. En 2018, c'étaient 35 policiers et 33 gendarmes qui s'étaient suicidés, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Lundi, Christophe Castaner a installé une cellule alerte prévention suicide (Caps), installée dans le 12ème arrondissement de Paris.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP