ArcelorMittal : enquête ouverte pour "blessures involontaires" sur un intérimaire chargé de la gestion des déchets

  • A
  • A
ArcelorMittal est déjà poursuivi pour "gestion irrégulière de ses déchets".
ArcelorMittal est déjà poursuivi pour "gestion irrégulière de ses déchets". © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Partagez sur :
Une enquête a été ouverte après qu'un ancien intérimaire d'ArcelorMittal a déposé plainte pour "blessures involontaires". Selon lui, il était contraint de déverser des rejets d'acide sur un crassier, ce qui a causé des séquelles physiques et psychologiques.

Une enquête préliminaire pour "blessures involontaires" a été ouverte après le dépôt d'une plainte d'un ancien intérimaire qui avait dénoncé des déversements d'acide sur un crassier d'ArcelorMittal, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Thionville (Moselle). 

Usage de rejets d'acide. Les avocats du plaignant, William Bourdon et Vincent Brengarth "attendent de cette enquête qu'elle permette de déterminer les manquements qui ont été commis et dont Karim Ben Ali, qui conserve les séquelles physiques et psychologiques lourdes liées aux faits dénoncés, a été victime", ont-ils indiqué dans un communiqué. Karime Bel Ali travaillait pour un sous-traitant chargé de la collecte des déchets d'ArcelorMittal, à Florange. Il avait diffusé à l'été 2017 des vidéos le montrant déverser un liquide de couleur noir ou jaunâtre, présenté comme des rejets d'acide, sur le crassier de Marspich. Il se disait contraint de se rendre sur ce site pour éviter un "traitement plus coûteux" dans un centre de dépollution industrielle, est-il noté dans la plainte.

Perte du goût et de l'odorat. En décembre, l'ancien intérimaire de 37 ans avait donc déposé une plainte pour "atteinte volontaire à l'intégrité de la personne, mise en danger de la personne et infraction aux règles de la sécurité et de la santé". Celui qui n'a pas retrouvé de travail souffre d'une perte du goût et de l'odorat, d'irritation des yeux et "d'un traumatisme psychologique inhérent aux manquements de la société utilisatrice", selon la plainte. La procureure, Christelle Dumont, a indiqué à l'AFP que l'enquête préliminaire avait été ouverte pour "blessures involontaires". 

Régénération d'acide. "Il ne fait aucun doute que Karim Ben Ali transportait des matières particulièrement dangereuses. Pour autant, il n'a bénéficié d'aucune formation et n'a à aucun moment été instruit des risques liés au transport de ces matières", est-il ajouté dans la plainte. Une enquête préliminaire ouverte à l'été 2017 pour "atteinte à l'environnement" a conclu "que le produit déversé sur le crassier est issu d'une cuve de stockage d'eaux usées relevant de la ligne de décapage et de régénération d'acide", avait annoncé en septembre 2018 la procureure Christelle Dumont. 

"Gestion irrégulière des déchets". ArcelorMittal devait être poursuivi pour "gestion irrégulière de ses déchets", un délit puni de deux ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende, avait-elle précisé. Karim Ben Ali doit par ailleurs comparaître le 20 février devant le tribunal correctionnel de Thionville pour avoir proféré des menaces à l'encontre de l'entreprise début janvier.

Les + lus