Sécurité : pas de "fatalité marseillaise"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Alain Gardère, nommé fin août préfet délégué à la Sécurité dans les Bouches-du-Rhône, a estimé jeudi dans un entretien au quotidien Aujourd'hui en France, qu'"il n'y (avait) pas de fatalité marseillaise", en lançant quelques pistes pour enrayer la criminalité. Le préfet, qui était auparavant directeur-adjoint de cabinet du ministre de l'Intérieur Claude Guéant, a expliqué avoir ressenti "un sentiment de ras-le-bol et une attente forte".

Evoquant pêle-mêle les "vendeurs à la sauvette", un "réel problème de stationnement anarchique", contre lequel une "opération de verbalisation" sera lancée, l'occupation des "cages d'escalier" mais aussi les "vols à main armée et les vols avec violence", il a affirmé qu'il y aurait "moins de tolérance".