LGV : plainte pour trafic d'influence

  • A
  • A
Partagez sur :

Un groupe de Landais impactés par la future LGV Bordeaux-Espagne a été entendu récemment par le juge Renaud van Ruymbeke après une plainte déposée pour trafic d'influence contre un ex-conseiller de Bercy, qu'ils soupçonnent d'avoir fait modifier le tracé pour éviter une propriété familiale, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Des responsables de l'association "Les Voix du fuseau nord", d'Uchacq-et-Parentis, village de 600 habitants près de Mont-de-Marsan, ont été entendus le 17 décembre par le magistrat du pôle financier du Tribunal de grande instance de Paris, saisi d'une plainte dans une affaire qui a émergé en 2010, a indiqué leur avocat Adrien Ville.

Les plaignants, citant notamment des mails "révélateurs" en leur possession, soupçonnent un ex-conseiller de l'ancienne ministre de l'Economie Christine Lagarde, François-Gilles Egretier, d'avoir "intrigué", "fait jouer ses réseaux" et "directement agi pour que le fuseau soit dévié" dans le tracé final retenu en 2010, évitant d'impacter  une propriété familiale domicile de sa mère, au contraire de celui retenu fin 2009.

"Ils se cherchent un bouc-émissaire"

Le fuseau, qui passait au sud d'Uchacq, a été déplacé de 3.000 m au nord. Pour le maire Jean-Claude Lalagüe, qui a défendu le trajet final, celui-ci "était dans l'intérêt de la commune, impactait beaucoup moins de propriétés au total, et faisait économiser des millions à RFF" (Réseaux ferrés de France).

Pour lui, les opposants à ce dernier projet sont "une bande d'+incorruptibles+ touchés par le tracé et qui se cherchent un bouc émissaire" et M. Egretier n'a fait que "transmettre le dossier au ministre des Transports" de l'époque Dominique Bussereau.