Dans l'Oise, le château de Pierrefonds ouvre virtuellement ses portes

  • A
  • A
5:12
© Europe 1
En balade ce week-end est une chronique de l'émission Europe Matin - Week-end - 6h-9h
Partagez sur :

Chaque dimanche, Vanessa Zha et Marion Sauveur nous emmènent en week-end gourmand et livrent leurs adresses coups de cœur.

Et c’est dans l’Oise que nous partons ce dimanche, toujours en balade virtuelle depuis notre canapé et notre cuisine. Vanessa, on commence avec vous : on se pose au Château de Pierrefonds.

Oui, avec votre tablette en vous connectant sur château-pierrefonds.fr. Et là, d’emblée, c’est une visite virtuelle qui nous invite à explorer cette forteresse médiévale absolument extraordinaire. Elle a été restaurée au XIXe siècle, à la demande de Napoléon III, par notre grand architecte Viollet-le-Duc. Ce qui en fait un vrai château de conte de fées. 

Alors vous commencez la visite au pied des tours de défense, puis vous passez le pont levis pour accéder à la cour d’honneur en un clic. Vous êtes transporté à quinze mètres de hauteur, au 1er étage avec une vue à 360 degrés sur cette cour. N’hésitez pas à cliquer sur les petits appareils photos qui parsèment la vue. Chacun vous permet de zoomer sur un détail, un objet ou une sculpture comme cette chimère sur le toit qui n’est autre qu’un chat ailé qui vous tire bien la langue, mais avec une langue bien démesurée.

L’intérieur, lui, se visite aussi : la salle des gardes, le salon de réception et ma préférée, qui est incroyablement bien restituée : la salle des Preuses avec ses décors polychromes, un vrai bain de couleurs. 

On comprend mieux pourquoi il y a eu tant de films et series tournés dans ce château.

Oui, comme la série britannique "Merlin", des films ultra connus comme "le Bossu" ou le 2e volet des "Visiteurs, les couloirs du temps". Justement je vous invite à suivre la page Facebook de Pierrefonds. Vous y trouvez chaque jour des questions/réponses, et des pépites sur les tournages des films comme la scène du buché avec Jacquouille la fripouille, joué par Christian Clavier, qui a été quand même à deux doigts de perdre connaissance à cause de la fumée.

Et puis, dernière initiative qui peut plaire aux enfants en ces temps de vacances, chaque mardi, le site internet du château propose via une video des activités ludiques et pédagogiques telles que "comment faire un vitrail avec des branches et des feuilles" ou "un château fort avec des déchets recyclés".

Et on finit quand même par un petit tour a Chantilly. Que propose-t-il en ce moment ? 

Et bien des podcasts en ligne sur les oeuvres du Musée de Condé, les grands personnages et aussi l’histoire des jardins de Lenôtre.

Marion Sauveur, quelle spécialité de l’Oise peut-on refaire à la maison, facilement, en cette période de confinement ?  

C’est une crème qui est aujourd’hui dégustée dans le monde entier, avec des fraises par exemple. Une crème fraîche battue et sucrée. C’est la crème Chantilly. 

Et son origine reste floue. On l’attribue souvent, à tort, à François Vatel, le maître d’hôtel notamment du Grand Condé, propriétaire du château de Chantilly. La légende raconte qu’il aurait manqué de crème, et pour compenser, il aurait battu vivement celle qui lui restait pour lui donner du volume et appelée Chantilly. En réalité, on ne sait pas qui a créé cette crème chantilly. 

Une chose est sûre : les crèmes fouettées existaient déjà à l’époque de Catherine de Médicis. Il faut attendre le XVIIIe siècle pour découvrir les premières recettes avec le mot “Chantilly”, comme le fromage à la chantilly, répertorié par le gastronome Menon. 

Mais on associe les mots crème et Chantilly pour la première fois à la fin du XVIIIe siècle. Quand une invitée du prince de Condé, à Chantilly, raconte qu’on lui a servi une crème “si bonne, si appétissante et si apprêtée”. Il y a de bonnes chances pour que ce soit notre fameuse crème chantilly. Reste qu’on ne sait pas qui a ajouté le sucre à cette crème fouettée. 

Ce n’est pas si facile à faire que ça la chantilly.

Détrompez-vous Bernard. Avec quelques astuces, vous la réussirez à tous les coups, que ce soit avec votre batteur ou avec votre fouet à la main.

La première, c’est de placer tous les ingrédients et ustensiles au frais, et même au congélateur, une demi-heure. Si vous n’avez pas la place pour mettre votre cul de poule (saladier) au congélateur, placez-le dans un saladier plus grand et rempli de glaçons. 

Deuxième astuce : choisir une crème de qualité et riche en matière grasse. Au moins 30%, sinon elle ne montera pas en chantilly.

Une chantilly, c’est de la crème fouettée avec du sucre, et il ne faut pas mettre le sucre au début, mais l’incorporer une fois la crème déjà bien battue. Et au fur et à mesure. C’est valable aussi pour la vanille ou tout autre parfum que vous voulez ajouter. 

Et dernier conseil, ne soyez pas pressé. Il faut fouetter la crème en douceur. Et elle n'est prête que quand elle a épaissi et qu’elle forme des vagues.