Croatie/France après les annonces d'Emmanuel Macron : le foot nous a un peu sauvé la soirée

  • A
  • A
2:30
L'édito sport est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, la matinale d'Europe 1 revient sur l'un des événements sportifs qui fait l'actualité. Ce jeudi, Virginie Phulpin revient la victoire de l'équipe de France de football face à la Croatie ce mercredi soir. Après l'annonce des nouvelles mesures restrictives par Emmanuel Macron, le pays avait bien besoin d'une bonne nouvelle.

L’équipe de France de football s’est imposée 2-1 contre la Croatie ce mercredi soir à Zagreb. Pour Virginie, l’enchaînement entre les annonces du président de la République sur le couvre-feu et le match des Bleus a eu un petit côté cruel, mais le foot permet de positiver quand même.  

On a tendance à réagir au quart de tour en ce moment. Quand le président de la République a annoncé un couvre-feu pour une vingtaine de millions de Français. Pour le sport, on s’est d’abord dit que les matches à 21 heures, c’était fini.

Mais en fait, autant pour le sport amateur, c’est un vrai problème, encore une fois. Les entraînements après le boulot, ça va être compliqué. Autant le sport pro, c’est un travail, donc les matches vont se jouer. Même en Île-de-France et dans les huit métropoles concernées par le couvre-feu. Certes, avec un huis-clos total au lieu des jauges réduites. Passer de 1.000 personnes à zéro en tribunes, dans une petite salle, ça change tout. Dans un grand stade, franchement, ça revient à peu près au même. C’est ce que Virginie Phulpin se disait, en essayant de faire contre mauvaise fortune bon coeur.

Et puis on a enchaîné avec le match des Bleus contre la Croatie à Zagreb. 7.000 personnes en tribunes, la vie dans le stade, cette clameur oubliée qui est venue réchauffer nos oreilles et nos cœurs. Comme pour apporter un contraste cruel avec ce qu’on venait d’apprendre.

C’est dans ces moments-là que l’on réalise à quel point le public nous manque, à quel point il fait partie intégrante du sport. Virginie Phulpin étaient presque contente quand les Croates ont marqué en deuxième mi-temps, les supporters ont donné de la voix, on aurait cru un stade à guichets fermés. Comme une incursion dans le monde d’avant.  

Les Français ont aussi battu les Croates comme dans le monde d’avant. 

Ça, ça ne change pas. Ne nous emballons pas, on était loin de la finale de la Coupe du monde. Et tout n’a pas été parfait chez les Bleus, mais Virginie Phulpin n’a pas envie de faire la fine bouche, là.

L’équipe de France a fait un très bon début de match, et c’est Antoine Griezmann qui a ouvert la marque. Si ça n’est pas un signe d’espoir, ça… Ça veut donc dire que l’on peut être au fond du trou et renaître. Il dépérit au FC Barcelone, mais là, le sourire qui a illuminé son visage après son but magnifique, ça a transporté Virginie Phulpin. En plus il a marqué juste avant 21 heures, il applique vite les règles, Antoine Griezmann.

D’ailleurs les Bleus ont respecté un couvre-feu en deuxième mi-temps. Tout s’est éteint, ou presque. Il y a eu une action de classe mondiale. Pogba, Digne, Mbappé, et but. Virginie Phulpin vous conseille de le revoir, à montrer dans les écoles de football comme on dit. 2-1 pour les Bleus qui réussissent à refroidir le public quand il y en a un.

Alors positivons. Même quand ça va mal, cette équipe réussit à s’en sortir et à gagner. On va méditer ça pendant six semaines.