Édouard Philippe impose un rapport de force à Emmanuel Macron

  • A
  • A
1:38
Le fait politique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Gagnant du confinement pour les Français, Édouard Philippe n’hésite pas à se transformer en "inconnu du Matignon" ce qui est fort de café. Il assume mener les campagnes du Havre et de Matignon de front et coince Macron. Ce sera à lui de prendre la décision de se séparer d’un Premier ministre populaire, efficace et élu de terrain.

Édouard Philippe s’envole dans les sondages, il gagne encore huit points dans un sondage BVA avec 54% des Français qui déclarent avoir une bonne opinion de lui. Alors que se prépare un remaniement ministériel et qu’Emmanuel Macron se demande s’il doit garder Édouard Philippe à Matignon, le Premier ministre en campagne pour la mairie du Havre pose un rapport de force avec le président en prenant l’opinion à témoin. 

On peut dire que le Premier ministre fait de la résistance, il sait qu’Emmanuel Macron envisage de se séparer de lui. Il a déjà évoqué le sujet en disant qu’il se plierait à la décision du président mais en vérité, il est bien décidé à rester rue de Varennes à la tête du gouvernement. Depuis quelques jours, il fait pratiquement dans la provocation. En tous cas, il est dans le bras de fer avec le chef de l’État ouvertement. Allant jusqu’à faire cette semaine la Une de Paris Match, très décontracté dans les rues du Havre. 

Une tension  médiatique qui place Emmanuel Macron dans une situation délicate car c’est lui doit prendre désormais la décision de se séparer ou de garder un Premier ministre populaire, jugé efficace et élu de terrain.

C’est ce que l’on appelle dans le jargon des communicants un narratif efficace, un storytelling réussi digne d’une fiction. Sauf qu’il s’agit d’un épisode de la vraie vie de la cinquième République. De son côté, Emmanuel Macron a compris le message, il assure qu’il prendra les décisions qu’un président de la République doit prendre et que des respirations sont nécessaires dans le quinquennat.