Campagne du Parti socialiste pour les européennes : Olivier Faure devrait se lancer dans la bataille

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique est une chronique de l'émission Debout les copains !
Partagez sur :

Chaque matin, Michaël Darmon évoque un sujet précis de la vie politique.

Le Parti socialiste à l’heure des choix. Il faut désigner une tête de liste mais toutes les options d’union semblent épuisées. Quelle est la solution ?

À l’heure des choix, il n’y a en fait plus le choix. Olivier Faure voulait boucler un accord avec Place Publique mais ça a débouché sur une impasse publique.
Il a demandé à Ségolène Royal, elle a refroidi les ardeurs socialistes.
Dernier nom testé celui de Jean-Christophe Cambadélis. Les différents courants semblaient être d’accord mais finalement ça n’a pas abouti. Cambadélis n’avait pas envie.
Alors il semble bien qu’Olivier Faure n’ait d’autre choix que de désigner Olivier Faure lui-même, la situation que le premier secrétaire cherche à éviter depuis des mois. Faute de combattants, il devrait aller à la bataille.

Lundi après midi en réunion avec les chefs de Motion, Olivier Faure a dessiné ce scénario. Il a garanti l’unité du parti en promettant qu’il y aura des représentants de chaque courant sur la liste.
Quand on lui parle, Olivier Faure veut garder le silence jusqu’à samedi, jour du Conseil national. Mais on sait que le silence est une notion toujours très aléatoire au Parti socialiste

Les sondages créditent aujourd’hui la liste PS de 5%. On verra quel impact la désignation d’une tête de liste aura sur les électeurs mais d’ores et déjà, d’autres responsables socialistes se préparent.

Ne demandez surtout pas à Bernard Cazeneuve s’il est vrai qu’il prépare un appel pour rassembler les socialistes après les européennes, vous vous prendrez une de ces colères à voix basse dont il a le secret. Michaël Darmon a testé...
On avait oublié le style effilé de l’ancien Premier ministre qui prend quand même le temps d’expliquer que la situation du pays est préoccupante avec le risque populiste.

Le maire du Mans (Stéphane Le Foll), quant à lui, se tient en retrait pour l’instant mais il va s exprimer prochainement dans un texte sur l’analyse de la crise des Gilets jaunes avec des propositions dans la veine de la sociale écologie.
Cette thématique sera au centre des prochaines analyses chez les socialistes.
Entre démentis la main sur le cœur, tribunes et concertation discrètes , les proches de François Hollande préparent à leur manière leur retour sur le devant de la scène.