Tricherie dans les jeux télévisés : les dés sont-ils pipés ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le journal du village est une chronique de l'émission Village médias
Partagez sur :

Chaque matin, Raphaëlle Baillot fait le bilan des différentes audiences télé de la veille et revient sur l'actualité médiatique.

Les audiences de Médiamétrie nous réconcilient avec la vie.

Faustine Bollaert nous l’avait dit en déburt de saison. Son objectif, monter sa case de 14 heures l’après-midi sur France 2 à dix pour cent de PDM. Et elle y arrive doucement, à hausser les scores de sa commence aujourd’hui, son émission de témoignage. Hier, sur le thème du premier amour, elle a réuni 695.000 téléspectateurs, une part d’audience de 9%.

TF1 coiffe tout le monde au poteau hier soir avec la série Profilage. Le premier épisode a été vu par 5,297 millions de téléspectateurs, une part d’audience de 22%. Bon score également pour M6, le film Kingsman a conquis 3,791 millions d’entre vous, 17, 9% de part de marché.

On reparle de la tricherie dans les jeux télé.

Y a t-il tricherie institutionnalisées dans les jeux télé ? Ce serpent de mer médiatique revient sur le devant de la scène. À la Une du Parisien ce matin une question : jeux télé, les dés sont-ils pipés ?  Après le retour d’une polémique vieille de 20 ans, celle d’Intervilles et de la tricherie d’Olivier Chiabodo,  le quotidien interviewe Christophe Dechavanne. L’animateur a animé la Roue de la Fortune entre 2006 et 2011 sur TF1. Cette semaine, sur RTL, il a déjà avoué qu’il connaissait le rythme de ladite roue par cœur, et avait pu aider certains candidats à la lancer correctement. Ce matin, il va plus loin, en avouant avoir aidé une agricultrice lors d’une finale du jeu. " Elle me fendait le cœur. Pour gagner la voiture, je lui ai soufflé un indice à l’oreille. C’est la seule fois en 800 émissions".

On le sait, le groupe RT, comme Russia today, veut ouvrir sa chaîne d’information internationale en France en janvier.

Sauf que selon nos informations, la future chaîne russe en langue française a toutes les peines du monde à recruter la cinquantaine de journaliste prévus : RT France a même dû faire appel à un chasseur de têtes.  Le problème concerne surtout les quelques grands noms que la chaîne voudrait embaucher. Les noms de Jean-Pierre Elkabbach ou d’Eric Zemmour ont pu circuler ; mais aucune embauche n’a été confirmée.

Il faut dire que la future chaîne, vue comme un outil de l’influence du pouvoir russe, n’a pas bonne réputation.

Même le président de la République s’en méfie comme de la peste. Souvenez-vous en mai dernier, à Versailles. Xenia Federova, la patronne de cette future chaîne, avait demandé à Emmanuel Macron pourquoi les journalistes de Russia today n’avait pas pu accéder à son QG de campagne. Réponse glaciale du président tout fraîchement élu, sous l’œil impassible de Vladimir Poutine, en voyage officiel

On referme le Journal du village avec quelques infos en bref.

Quel est le point commun entre Christophe Dechavanne, Laurent Ruquier, Pierre Lescure ou Ariane Massenet ? Tous participent au film "La télé de Fogiel". un film sur la carrière de celui qu’on surnommait le roquet du PAF. Ce soir à 21 heures sur C8.

Reconnaissez-vous cette musique ? C’est le générique de la série  géniale mais dure à prononcer Stranger Things, dont la saison 2 arrive sur Netflix à la fin du mois. La plateforme vidéo augmente ses tarifs, l’abonnement passe de 9,99 à 10,99 pour deux écrans, et de 11,99 à 13,99 euros pour quatre écrans. Le prix de l’abonnement pour un écran, lui, ne bouge pas, et reste à 7,99 euros.

Le chanteur Grégoire est victime depuis hier d’un gros bad buzz.

Les réseaux sociaux sont parfois impitoyables. Tout a commencé fin aout, lorsque la SCNF a posté un vidéo de Grégoire reprenant Oasis, assis au piano devant les usagers de la gare de Lyon, à Paris.

Rien ne se passe depuis fin août, mais ce mercredi, le site Brain fait remonter la vidéo sous le titre "La SNCF va vous faire préférer le silence ". C’est gratuit, c’est méchant, c’est Internet… Mais ce n’est pas tout à fait injustifié.

Hier toute la journée, déluge de commentaires : "Suis-je le seul à entendre un mouton qui bêle", "je déclare l’état d’urgence" ou "mais, il s’est pas pris une amende".

Grégoire, lui a réagi avec pas mal d’humour, sur son twitter :

"Merci à tous d’avoir autant d’humour" dit-il, il a même posté un top 10 de ses tweets préférés.