Réforme des retraites : une véritable guerre des générations

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque matin, Axel de Tarlé décrypte l'une des actualités économiques marquantes du jour.

On assiste à une guerre des générations sur les retraites. Actifs et Retraités n'ont pas les mêmes intérêts et ça se voit.

Êtes-vous d'accord pour relever l'âge de départ et travailler plus longtemps ? La réponse à cette question dépend de votre âge.
Si vous avez moins de 64 ans, la réponse est non selon un sondage Harris Interactive pour le Figaro. Pas question de travailler plus longtemps, on veut partir à la retraite. Seuls 28% des 50/64 ans sont d'accord pour relever l'âge légal de départ.
En revanche, si vous êtes déjà à la retraite et eu vous avez plus de 64 ans, la réponse est toute différente. Une majorité de retraités (55%) se dit favorable au relèvement de l'âge de départ. Évidemment, ça ne les concerne plus.
C'est là où l’on peut parler de "guerre de Générations"

Notre régime de retraite est simple, il n'y a que trois paramètres.
On peut demander aux entreprises de cotiser plus mais ça n'est pas dans l'air du temps. On peut également demander aux actifs de travailler plus ou alors, et c'est la solution qu'avait retenu Emmanuel Macron, on peut demander aux retraités de gagner moins.
Les retraités ont donc subi coup sur coup la hausse de la CSG et la désindexation de leur retraite.
C'est assez angoissant, ça veut dire que les prix augmentent mais que les revenus ne suivent pas et c'est la paupérisation assurée.
Selon un sondage Ifop pour Cnews, 98% des retraités estiment qu'ils sont les perdants de la politique Macron. C'est embêtant parce que les retraités votent beaucoup. Il n’est donc plus question de taper sur les retraités, On va réindexer les retraites sur l'inflation en parti.
Faute de s'en prendre aux retraités, on va donc s'en prendre aux actifs. C'est la petite musique que l'on entend depuis une dizaine de jours, on va demander aux actifs de travailler plus longtemps. Là aussi, ça risque de faire des mécontents.