Les Français sont parmi les citoyens les plus honnêtes

  • A
  • A
2:50
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque matin, Axel de Tarlé décrypte l'une des actualités économiques marquantes du jour.

Si on trouve un portefeuille dans la rue, avec de l’argent, on le rapporte. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est une étude de la revue Science qui dévoile que les Français sont très honnêtes.

C'est une gigantesque étude qui a duré trois ans pour mesurer l'honnêteté, et l'empathie des citoyens dans 40 pays. 17.000 portefeuilles ont été perdus exprès avec à l'intérieur de l'argent - un peu plus de 10 euros - une liste des courses, une clé, mais également les coordonnées du propriétaire. Que fait-on ? Que faites-vous ? Est-ce que vous contactez le propriétaire ? Voici, dans l'ordre, la liste des pays où l'on contacte le plus les propriétaires pour rendre entier le portefeuille.

La Suisse taux de retour de 75 % !  Suivie par Norvège, Pays-Bas et le Danemark. La France est bien classée avec un taux de retour de 55 %, soit la 10ème place - juste après l'Allemagne. La Grande-Bretagne est 21eme et l'Italie 24ème. A l'inverse, tout en bas du tableau avec un taux de retour de 15% on trouve le Pérou, Maroc, et la Chine.  

Oui, mais, on peut rendre le portefeuille, mais sans argent. Ça doit être fréquent ça non ?

C'est ça qui est très surprenant de cette étude, c'est le contraire. Plus il y a de l'argent dans le portefeuille et plus on contacte le propriétaire. Et c'est comme ça dans tous les pays ! Les portefeuilles sans argent ont un taux de retour 40%, alors que pour ceux avec, le taux grimpe à 51%. Pourquoi ? Parce que personne n'a envie de se dire qu'il est un voleur. On est subitement confronté à une situation qui va vous classer dans une catégorie : voleur ou hônnete. L'image de soi, l'estime de soi, l'emporte sur l'appât du gain.  Les auteurs de l'étude écrivent : "Quand il y a de l'argent, les gens ont soudain, l'impression de voler", et personne n'a envie de se voir comme un voleur.

C'est très intéressant. Les mêmes auteurs expliquent que les pouvoirs publics feraient bien de s'inspirer de cette étude. Car, naturellement, les gens ne sont pas voleurs et donc, c'est très sévère de sanctionner à la moindre erreur.