Comment Les Français perçoivent-ils la retraite ?

  • A
  • A
2:01
Le monde bouge est une chronique de l'émission Europe Matin - 6h-9h
Partagez sur :

Vivement la retraite ! L’Agirc-Arrco organise jusqu’à la fin de la semaine des entretiens d’information personnalisés par téléphone sur la retraite de salariés. Le standard explose : Plus de 12 000 appels ! Des salariés plus jeunes qui s’inquiètent pour leur retraite, qui craignent d’être licenciés. Qui appelle ? Quelles sont les questions ? En quoi le Covid-19 a changé les interrogations ? La retraite est vue comme une libération de l’instabilité du monde du travail, mais aussi quelque chose de compliqué !

Lundi soir, 80 % des créneaux disponibles étaient déjà réservés. Bien sûr, avec le Covid-19, ces entretiens sont réalisés, non pas en face à face, mais par téléphone. On constate, depuis le début de la semaine que ce sont des salariés plus jeunes que d’habitude qui cherchent ainsi à obtenir des informations sur leur retraite… Pourquoi ? Parce qu’avec la crise, certains s’inquiètent de perdre leur emploi…et d’autre s’interrogent sur les conséquences du chômage partiel sur l’âge de départ.

Comment Les Français perçoivent-ils la retraite ?

Comme une "Libération" ? Ou bien, plutôt comme un "enterrement" ? La France est divisée en deux. Dans les enquêtes d’opinion, vous avez la moitié qui dit vouloir partir à la retraite le plus tôt possible…Et l’autre moitié, qui dit être prêt à prolonger un peu l’activité. En fait, ça dépend de si vous êtes bien au travail. Et contrairement, à ce qu’on pourrait croire,  avec  l’épidémie…le camp de ceux qui sont  "bien au travail" a plutôt augmenté…pourquoi ? Parce que justement, le télétravail est pour beaucoup, une façon plus agréable de travailler : Pas de  transport. Pas de petit chef qui vous surveille en permanence. Mais, attention, Tous les Français veulent réussir leur retraite…D’où l’intérêt de ces rencontres. C’est le démographe Hervé le Bras, qui a cette formule (empruntée à Marcel Gauchet) La retraire dit-il, c’est le "moment socialiste de la vie" : On a du temps, de l’argent et pas de patron !