Accord UE-Mercosur : "Ça va être compliqué de tout contrôler"

  • A
  • A
3:00
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

L'Union Européenne signe un grand traité de libre-échange avec les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay). Un traité dénoncé par les agriculteurs et les écologistes.

Dans un monde de plus en plus protectionniste, où l'on se lance des droits de douane à la figure. L'Europe - à rebours de Donald Trump - signe un grand traité avec ces pays d'Amérique du Sud, visant à abolir 90 % des droits de douanes. De nombreux secteurs se frottent les mains. De nombreuses taxes seront progressivement supprimées : Oui, il s'agit du vin (27%), du chocolat (20%), des spiritueux (de 20 à 35%), ou encore des biscuits (16 à 18%),

De même, dans l'industrie, les droits de douane du Mercosur seront progressivement éliminés sur les voitures (35 %), les pièces détachées (14 à 18 %), les équipements industriels (14 à 20 %), la chimie (jusqu'à 18 %), l'habillement (jusqu'à 35 %) ou les produits pharmaceutiques (jusqu'à 14 %). Mais effectivement, en retour les agriculteurs redoutent d'être envahis de produits brésiliens qui ne respectent pas les mêmes normes. Idem, les écologistes dénoncent ces accords commerciaux qui ont pour conséquence d'avoir toujours plus de marchandises qui sillonnent les océans. 

Et puis, ils dénoncent un accord signé avec le Brésil de Bolsonaro, favorable à la déforestation de l'Amazonie et qui voulait sortir des accords de Paris. Justement, c'était l'une des conditions : le Brésil s'est engagé à le respecter. Et cet accord de libre-échange comprend tout un chapitre sur le développement durable : "la conservation des forêts, le respect des droits des travailleurs et la promotion d’un comportement responsable des entreprises".

L'Europe a signé un accord de libre-échange avec le Canada (le Ceta), on peut déjà en mesurer les conséquences ?

Oui, l'accord est entré en vigueur en septembre 2017 à titre provisoire. Conséquence positive, on exporte plus et il n'y a pas eu de déferlante de produits canadiens. Mais agriculteurs affirment que les Brésiliens ont des méthodes beaucoup plus musclées en matière d'agrobusiness. Greenpeace affirme de son côté que le Brésil a autorisé 239 pesticides en 6 mois, dont un tiers sont interdits dans l'UE.  Forcément, ça va être compliqué de contrôler tout ce qui vient.