Téléphonie : les smartphones pourront désormais mesurer notre rythme cardiaque et notre fréquence respiratoire

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'innovation du jour est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Les téléphones peuvent surveiller les troubles cardiaques. Plus besoin d’accessoire, on utilise la caméra selfie pour scruter les variations de couleurs sur le visage. La technologie commence à être utilisée dans les hôpitaux, notamment pour les prématurés.

Nos téléphones peuvent déjà analyser nos empreintes digitales, reconnaître notre visage ou compter nos pas. Selon Anicet Mbida, ils vont aussi pouvoir mesurer notre rythme cardiaque et notre fréquence respiratoire.

Il n’y aura même pas besoin d’accessoire : pas de capteur, de brassière, ni même de bracelet. Il suffira de regarder son téléphone. Comme pour prendre un selfie. La caméra en façade va analyser notre visage, repérer toutes les micro-variations de couleur sur la peau, en déduire les flux sanguins et donc la fréquence cardiaque. Même chose pour les mouvements des narines qui vont lui donner les cycles respiratoires.
Donc en principe le téléphone va pouvoir suivre nos efforts quand on fait du sport et même détecter un problème cardiaque comme le font certaines montres connectées.

Mais est-ce que c’est suffisamment fiable ? C’est juste une caméra ?

On ne l’a pas encore testé. Le premier téléphone ne sort que la semaine prochaine (ce sera chez Huawei). Mais c’est une technique qui a déjà fait ses preuves dans les hôpitaux. On utilise déjà de simples caméras pour suivre les signes vitaux des patients à distance. Ceux des prématurés notamment. Cela évite de les couvrir d’électrodes quand ils sont en couveuse.
Anicet Mbida en a parlé avec des médecins, ce n’est pas aussi précis qu’un capteur classique. Ça reste néanmoins comparable à deux ou trois battements par minute près, ce qui est suffisant pour détecter des anomalies et envoyer des alertes aux médecins.

Si on continue à ce rythme, c’est bientôt le téléphone qui fera les consultations ?

Vous ne croyez pas si bien dire. Aujourd’hui, on travaille sur des techniques d’intelligence artificielle capables de détecter des maladies rien qu’en analysant le visage. Des maladies génétiques par exemple.
Votre téléphone ne fera peut-être jamais le café. Mais un jour, il jouera peut-être les médecins.