Protection des oiseaux : plusieurs techniques pour éviter les collisions avec les éoliennes et les avions

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Innovation est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Anicet Mbida nous offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation.

L’innovation de ce jeudi, c’est une bonne nouvelle pour nos amis les oiseaux. On a créé de nouveaux dispositifs pour éviter qu’ils percutent les avions, les gratte-ciels ou les éoliennes.

On en parle assez peu, mais c’est un véritable problème. Aujourd’hui, on est obligé de tester les avions pour vérifier que la carlingue ou les moteurs résistent à une collision avec un oiseau. Parce que ça peut être dangereux. Il y a 800 collisions par an entre des avions et des oiseaux. Et parfois, cela oblige à faire un atterrissage d’urgence quand un oiseau entre dans le réacteur par exemple. Eh bien, plutôt que de faire des avions plus résistants, certains chercheurs se sont dit : "pourquoi ne pas s’arranger pour que les oiseaux les évitent ?".

On a trouvé plusieurs solutions. La première elle est française, développée par le CNRS. Elle est assez surprenante puisqu’il s’agit juste d’un dessin : deux gros yeux blancs sur un panneau. Et ça marche, ça fait peur aux oiseaux.

Un simple dessin avec des yeux ? Comment c’est possible ?

En fait, c’est une illusion d’optique. Nous voyons deux yeux ronds. Mais l’oiseau, lui, voit quelque chose qui grandit, qui grandit… comme s’il s’approchait trop vite. C’est testé actuellement sur l’aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées. Et partout où les panneaux étaient installés, les oiseaux ont déserté les pistes.

Une autre technique consiste à utiliser des lumières colorées pour inciter les oiseaux à changer de direction. C’est une découverte des chercheurs de l’université de Purdue aux États-Unis. Ils ont démontré que certaines espèces évitaient les lumières bleues et rouges quand elles se présentaient sur leur trajectoire.

Donc on pourrait en équiper les avions, les éoliennes et même certains gratte-ciels. Cela éviterait aux petits oiseaux de se faire massacrer.