Le télétravail bientôt possible dans le secteur de l'industrie

  • A
  • A
1:57
L'innovation du jour est une chronique de l'émission Europe Matin - 5h-7h
Partagez sur :

Chaque jour, Anicet Mbida nous fait découvrir une innovation qui pourrait bien changer notre façon de consommer. Ce vendredi, il s'intéresse aux expérimentations qui ont lieu actuellement chez Bouygues Construction et chez Geodis. Ils travaillent actuellement sur des moyens de téléguider les grues ou engins de chantier grâce à un écran. Cela permettrait au secteur de l'industrie d'avoir recours au télétravail.

L’innovation du jour c’est le télétravail qui se met en place tout doucement dans l’industrie. Les employés de bureau ne seront plus les seuls à pouvoir travailler de chez eux. Bientôt, ce seront aussi les conducteurs de grues et de chariots élévateurs.

Ils pourront rester dans leur salon. Tout se passera comme s’ils jouaient à un jeu vidéo : ils auront un grand écran devant eux, des manettes, un volant, des pédales et ils pourront téléguider, à distance, une grue ou un chariot élévateur comme s’ils étaient dans l’entrepôt ou sur le chantier.

Ce n’est pas de la science-fiction. Des expérimentations ont lieu actuellement chez Bouygues Construction et chez Geodis, la filiale logistique de la SNCF. Au départ, ils n’avaient pas du tout pensé au télétravail. L’objectif était plutôt d’éviter les accidents, en limitant la présence physique des ouvriers au milieu des engins de chantiers ou dans la cohue d’un entrepôt. Mais avec la crise sanitaire, évidemment, on commence à y réfléchir pour le télétravail.

Est-ce qu’il y a déjà des industriels qui font télétravailler leurs salariés ?

Oui. Au japon, la chaine de supermarchés Famili Mart a installé des robots pour faire le réassort dans ses rayons. Ils sont télécommandés par les magasiniers restés chez eux. Cela leur permet de mieux respecter les gestes barrière.

Il y a aussi Kiwibots, aux États-Unis, une société qui livre des repas comme Deliveroo ou Uber Eats. Sauf que ses coursiers ne font, là encore, que télécommander des robots sur roulettes qui livrent à leur place.

Mais pourquoi ne pas avoir choisi des robots totalement autonomes ?

Ils ont essayé, mais ça ne marchait pas. Ils se cognaient partout !

Car on a beau parler d’intelligence artificielle, on n’arrive toujours pas à concevoir un robot aussi polyvalent et avec autant de dextérité qu’un humain. Donc on le téléguide. C’est cette technique qui sert désormais de réflexion pour développer le télétravail industriel.