L'arrivée des téléviseurs pliables

  • A
  • A
1:58
© Europe 1
L'innovation du jour est une chronique de l'émission Europe Matin - 5h-7h
Partagez sur :

Chaque jour, Anicet Mbida nous fait découvrir une innovation qui pourrait bien changer notre façon de consommer. Ce mardi, il s'attarde sur l'arrivée de téléviseurs pliables.

L’innovation du jour, c’est du nouveau en matière de télévision. Après les téléphones à écran pliant, voici maintenant des téléviseurs avec un écran qui se plie. Quel est l’intérêt ?

"C’est de résoudre enfin un vieux problème de déco. Vous savez que les téléviseurs sont de plus en plus grands et de plus en plus envahissants. Du coup, quand ils sont éteints, on se retrouve avec un énorme écran noir dans son salon, ce qui n’est pas très joli. C’est d’ailleurs pourquoi beaucoup de gens allument leur télé dès qu'ils rentrent chez eux. Cela les perturbe d’avoir ce gros rectangle noir au milieu de la pièce.

Il existe maintenant un téléviseur de plus de 100 pouces, soit plus de deux mètres de large (la taille d’un écran de rétroprojecteur) qui va se replier en accordéon pour tenir dans 40 centimètres de large. Quand il est éteint, on aura l’impression d’avoir une simple colonne assez discrète dans la pièce. Mais une fois déplié, on aura un écran géant de plus de deux mètres. Il s’agit de la M1 de C Seed.

Il n’y a pas des trous dans l’image à l’endroit des pliures ?

Non parce que l’écran utilise une technologie appelée MicroLED. Elle découpe l’écran en petites dalles carrées qui vont ensuite s’ajuster parfaitement. On retrouve la même technologie sur les murs d’images dans les expos notamment. La qualité reste donc parfaite sur toute la surface. Un autre téléviseur arrive à cacher son grand écran. On en a déjà parlé, il s’agit d’un modèle LG qui est capable de s’enrouler dans son socle comme un store.

Mais toutes ces technologies coûtent très cher. On approche, voire on dépasse, facilement les 100.000 euros. Donc on espère que les prix vont chuter aussi vite que lorsqu’on est passé des écrans bombés aux écrans plats. Sinon, on est parti pour garder un moment nos gros rectangles noirs dans les salons."