"Guideline" : une application pour permettre aux malvoyants d'aller courir seuls

  • A
  • A
1:39
L'innovation du jour est une chronique de l'émission Europe Matin - 5h-7h
Partagez sur :

Chaque jour, Anicet Mbida nous fait découvrir une innovation qui pourrait bien changer notre façon de consommer. Ce jeudi, il s'intéresse au projet d'application "Guideline" qui vise à permettre aux personnes malvoyantes de faire le jogging seules et d'être plus indépendantes.

L’innovation du jour pourrait donner un peu d’indépendance aux malvoyants. Un système assez incroyable puisqu’il permet, même à des aveugles, de faire un jogging tout seuls.

On a du mal à l’imaginer, mais il y a beaucoup d’aveugles et de malvoyants qui courent. Certains font même le marathon. Problème : ils sont obligés de tenir la main de quelqu’un ou une corde pour être guidés. Or il n’y a pas plus grande liberté que de pouvoir courir totalement seul.

C’est l’objectif d’un projet baptisé "Guideline". On équipe le coureur malvoyant d’écouteurs et d’une sorte de ceinture-banane dans laquelle on installe un téléphone portable. Il va filmer la route, repérer le marquage au sol (une ligne par exemple) et ensuite envoyer un signal sonore soit à gauche, soit à droite, quand on dévie de la trajectoire.

Pour l’instant, cela fonctionne dans les stades pour bien rester dans son couloir. Mais c’est également testé sur des pistes réservées aux promeneurs sur lesquelles il faut suivre une ligne jaune dessinée au sol.

S’il y a un obstacle, on aura une alerte ?

Oui, évidemment. Si quelqu’un est arrêté sur la trajectoire, par exemple, il émettra un son différent. Et il proposera de le contourner, toujours en guidant avec des sons à gauche ou à droite.

C’est Google qui travaille sur ce projet avec des associations de guides bénévoles qui accompagnent les aveugles pendant les courses. Plusieurs coureurs l’utilisent déjà. Et l’objectif serait de généraliser la technologie, en ajoutant ces lignes jaunes un peu partout dans les rues. Ce serait la version moderne des bandes "podotactiles" que l’on trouve aujourd’hui dans les gares et sur les quais du métro.