Confinement : la vente et le dépannage sont désormais disponibles à distance

  • A
  • A
1:40
L'innovation du jour est une chronique de l'émission Europe Matin - 5h-7h
Partagez sur :

Chaque jour, Anicet Mbida nous fait découvrir une innovation qui pourrait bien changer notre façon de consommer. Ce jeudi, une aide économique précieuse pendant le confinement. La réparation et l’essayage à distance en visio sont possible pour poursuivre l’activité durant le reconfinement.

L’innovation du jour, c’est une nouvelle forme de télétravail taillée pour le reconfinement qui s’annonce. Pour maintenir l’activité, les magasins utilisent désormais la visioconférence pour vendre à distance ou pour faire du dépannage à domicile.

Il n’y a pas que pour les apéros virtuels que l’on va utiliser la visioconférence. Certains magasins commencent à s’en servir pour faire une sorte de téléachat en direct. Le client prend rendez-vous avec un vendeur en visio. Il peut donc lui poser des questions, demander à voir un modèle, une couleur ou un détail en particulier. Et s’il se décide à acheter, il bascule sur du commerce électronique classique.

C’est une véritable alternative au chômage partiel puisque le magasin n’a même pas besoin de rester ouvert.

Ça existe déjà ?

Oui, cela a commencé en Asie et cela se développe tout doucement avec la distanciation, le couvre-feu et le reconfinement. Cela arrive par exemple chez Etam ou H&M.

Ce n’est pas réservé au commerce. On commence aussi à faire de la visioconférence pour le dépannage à domicile. Exemple : vous avez une chasse d’eau qui fuit ou une machine à laver qui fait un drôle de bruit… Là encore, vous prenez rendez-vous en visio. Vous êtes mis en contact avec un réparateur professionnel, qui va vous guider, pas à pas, pour effectuer les réparations vous-même. En principe, ils sont très pédagogues. Donc il n’y a pas besoin d’être bricoleur. Et au passage, on apprendra plein de choses.

Mais s’il y a une pièce à changer ?

On vous l’envoie et la visioconférence reprend sans frais supplémentaires. Évidemment, si rien n’est réparé, on ne paie rien du tout. Et comme il n’y a plus de déplacement, cela ne coute qu’une trentaine d’euros, quel que soit le temps passé. C’est beaucoup moins cher et là encore, cela permet de maintenir l’activité.

Ce service est proposé par des startups comme Pivr, Linstan ou Viibe.