Chirurgie : des implants qui grandissent avec les enfants

  • A
  • A
1:29
L'innovation du jour est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h30
Partagez sur :

Des chercheurs de l’Hôpital pour enfants de Boston ont réussi à mettre au point une valve artificielle qui va pouvoir se réajuster et s’étirer en même temps que le cœur de l’enfant grandit. Il n’y aura plus qu’une seule opération et l’enfant conservera la même prothèse jusqu’à l’âge adulte.

De l’innovation médicale ce matin. On a développé des implants qui grandissent avec les enfants. Et c’est une avancée importante, car ça peut leur éviter des chirurgies à répétition.

On va prendre l’exemple d’une malformation cardiaque. Il y a plus de 300.000 enfants qui naissent, chaque année, avec des valves défectueuses (c’est une des malformations congénitales les plus courantes). On sait la soigner avec des valves artificielles. Le problème, c’est qu’elles sont de taille fixe. On est donc obligé de les changer au fur et à mesure que l’enfant grandit, soit environ cinq opérations à cœur ouvert avant l’âge adulte en moyenne. C’est extrêmement lourd et chaque fois, on risque des complications.

Des chercheurs de l’Hôpital pour enfants de Boston ont réussi à mettre au point une valve artificielle qui va pouvoir se réajuster et s’étirer en même temps que le cœur de l’enfant grandit. Il n’y aura plus qu’une seule opération et l’enfant conservera la même prothèse jusqu’à l’âge adulte.

C’est encore théorique ou ça a déjà été testé ?

Ça vient d’être testé avec succès après quatre ans de recherches. Évidemment, pas encore sur l’homme. Comme toutes les innovations médicales, on doit d’abord s’assurer qu’elles sont parfaitement sûres, qu’il n’y a vraiment aucun risque. Et quand il s’agit d’enfants, on est encore plus prudent.

Maintenant que cette première étape a été passée. Les essais cliniques sur l’homme devraient commencer d’ici un an ou deux. Cela pourrait donner beaucoup d’espoir aux parents. Car ce type de malformation cardiaque est aujourd’hui responsable de 3 à 5% des décès d’enfants de moins de cinq ans.