AlphaDog et Go1 : des robots chiens accessible à tous

  • A
  • A
1:55
L'innovation du jour est une chronique de l'émission Europe Matin - 5h-7h
Partagez sur :

Chaque jour, Anicet Mbida nous fait découvrir une innovation qui pourrait bien changer notre façon de consommer. Ce lundi, il s'intéresse au succès des robots chiens qui seront bientôt disponibles au grand public, à des prix plus abordables.

L’innovation du jour, c’est le meilleur ami de l’homme qui devient mécanique. On ne compte plus les annonces de robots chiens. Au départ, il s’agissait d’engins de recherche à des prix exorbitants. Bientôt, quasiment tout le monde pourra en acheter.

Quand on parle de robots chiens, on pense évidemment au plus célèbre d’entre eux :  Spot, le robot jaune à quatre pattes, sans queue ni tête, de Boston Dynamics. Vous avez certainement vu ses vidéos : il ouvre des portes tout seul, il danse, se fait chahuter à coups de pied… C’est futuriste, un véritable bijou technologique, mais qui coute la bagatelle de 70.000 euros. Donc il est plutôt réservé aux professionnels.

Il faut savoir qu’il existe des dizaines de modèles similaires. Et les deux derniers en date, l’AlphaDog et le Go1, ciblent désormais le grand public avec des prix qui commencent à 2.000€. Ce qui devient beaucoup plus abordable.

Et ils font la même chose que le fameux Spot ?

Quasiment. Visuellement, ce sont des clones. Ils se déplacent de façon autonome. Ils suivent leur maître, arrivent à contourner les obstacles. Ils peuvent même faire un salto arrière. Ils sont donc aussi impressionnants techniquement.

La question est de savoir à quoi ils vont servir. Sur les vidéos de présentation, on en voit un, courir à côté de son maître pendant son jogging, en portant une bouteille d’eau. Soit ! Il peut aussi transporter des courses. Mais cinq kilos au maximum, donc cela ne va pas très loin.

C’est le problème de ces technologies : aussi impressionnantes qu’elles soient, s’il n’y a pas d’usage, elles restent gadget. D’autant qu’avec leurs look de "Terminator", on n’a pas vraiment envie de leur faire des câlins.

Ce sera moins cher pour les professionnels ?

On verra ! Mais là encore, les usages les plus évidents sont militaires (déminages, missions de reconnaissance, etc.). Ce qui ne fera que raviver le fantasme des robots tueurs. Exactement comme dans la série "Black Mirror" où un robot chien traque les derniers humains.