Jan Palach s’immole à Prague le 16 janvier 1969 : l’histoire d’un geste politique radical

SAISON 2018 - 2019 , modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

RÉCIT INÉDIT - Dans la série de récits inédits "Au cœur de l’histoire", Fabrice d'Almeida éclaire un fait d'actualité à la lumière d’un événement historique. A l’occasion du 50ème anniversaire de l’immolation de Jan Palach, le spécialiste histoire d’Europe 1 revient sur l’histoire de ce jeune Tchèque qui a sacrifié sa vie au nom de la liberté.

Le 16 janvier 1969, à Prague en Tchécoslovaquie communiste, un jeune homme quitte sa chambre d’étudiant pour se rendre sur la célèbre place Venceslas. Là, il dépose son manteau et son sac sur une balustrade, sort une bouteille, s’asperge du liquide qu’elle contient et met le feu. Jan Palach vient de s’immoler pour réveiller le peuple de son pays.

Après l’échec du Printemps de Prague, qui a vu les aspirations à la liberté et la tentative d’un socialisme à visage humain écrasées sous les chenilles des chars soviétiques, l’étudiant refuse de baisser les bras. Il prétend appartenir à un groupe qui se bat contre la reprise en main des communistes conservateurs. C’est du moins ce qu’il a écrit dans la lettre glissée dans son sac pour expliquer son acte. Elle est signée "Flambeau n°1". En voici un extrait :

"Notre groupe est composé de volontaires, déterminés à s’immoler par le feu, pour notre cause. J’ai eu l’honneur de tirer au sort le numéro 1, par conséquent, il me revient le droit de rédiger les premières lettres et de devenir le premier flambeau. Voici nos revendications : premièrement, la suppression de la censure, deuxièmement, l’interdiction du bulletin SPRAVI. Si nos revendications ne sont pas satisfaites d’ici cinq jours, c’est-à-dire au 25 janvier 1969, et si le peuple ne manifeste pas son large soutien par une grève illimitée, d’autres flambeaux s’allumeront. Flambeau n°1."

Dans ce nouvel épisode de la série "Au cœur de l’histoire", produite par Europe 1 Studio, Fabrice d’Almeida nous replonge en pleine Guerre froide, pour comprendre le geste politique radical d’un militant pour la liberté. Un geste identique à celui d’Abdel Razzak Zorgui, journaliste tunisien, qui s’est immolé en décembre dernier pour faire entendre la voix des chômeurs privés de la liberté de contestation.

>> Retrouvez tous les épisodes de cette série sur notre site Europe1.fr et sur Apple Podcasts, SoundCloud, Dailymotion et Youtube, ou vos plateformes habituelles d’écoute.

 

 

Cette série originale produite par Europe 1 Studio :

Présentation : Fabrice d’Almeida
Rédaction : Simon Maisonobe
Réalisation : Christophe Daviaud
Mise en ligne et édition : Clémence Olivier
Graphisme : Mikaël Reichardt

 

 

Avec l’aide précieuse du service Documentation d’Europe 1

Archives :

  • ARCHIVE 01 : La France bouge, Reportage, 20181228, Europe 1, BERGAOUI JIHANE
  • ARCHIVE 02 : Lecture, Lettre n°5 de Jan Palach
  • ARCHIVE 03 : Discours d’Alexander Dubcek, 1er mai 1968, Extrait documentaire Jan Palach, mourir pour la liberté, Dobroslav Zbornik, INA, France 3, 1996
  • ARCHIVE 04 : Invasion de la Tchécoslovaquie : le printemps de Prague, 19680821, Gilles Schneider, Europe 1
  • ARCHIVE 05 : Jan Palach à l’hôpital, Extrait documentaire Jan Palach, mourir pour la liberté, Dobroslav Zbornik, INA, France 3, 1996
  • ARCHIVE 06 : Juste avant les obsèques de Jan Palach, 19690125, Europe 1, SCHNEIDER GILLES
  • ARCHIVE 07 : Les funérailles de Jan Palach, 19690125, Europe 1, Gilles Schneider
  • ARCHIVE 08 : Lecture d’une lettre de Jan Zahic

Références bibliographiques :

  • Jan Palach, mourir pour la liberté, Dobroslav Zbornik, INA, France 3, 1996
  • François Fejtő, Le Printemps tchécoslovaque 1968, Complexe, 1999
  • Anthony Sitruk, La Vie brève de Jan Palach, Le Dilettante, 2018

Les émissions précédentes