Volkswagen se retire d'Iran, selon "Bloomberg"

, modifié à
  • A
  • A
Volkswagen a abandonné son projet, annoncé en juillet 2017, de vendre à nouveau des véhicules en Iran, après 17 ans d'absence.
Volkswagen a abandonné son projet, annoncé en juillet 2017, de vendre à nouveau des véhicules en Iran, après 17 ans d'absence. © RONNY HARTMANN / AFP
Partagez sur :
Le géant de l'automobile Volkswagen s'est refusé à confirmer jeudi son départ d'Iran annoncé l'agence de presse "Bloomberg".

Le constructeur automobile allemand Volkswagen  va arrêter pratiquement toute activité en Iran, conformément aux souhaits des États-Unis, a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi à Bloomberg un ambassadeur américain.

Que des activités pour raisons humanitaires. Un accord a été trouvé mardi entre le groupe automobile et la diplomatie américaine, a indiqué à l'agence financière l'ambassadeur des États-Unis à Berlin, Richard Grenell. En vertu de cet accord, Volkswagen n'aura plus que des activités très restreintes en Iran, pour des raisons humanitaires.

Suite à la rupture de l'accord sur le nucléaire. En mai, le président Donald Trump avait rompu l'accord sur le nucléaire conclu en 2015 avec l'Iran et cinq autres pays, le dénonçant comme inéquitable. Cet accord, qui allégeait les sanctions contre Téhéran, avait permis à des entreprises occidentales de se réimplanter dans le pays. Selon Bloomberg, Volkswagen a abandonné son projet, annoncé en juillet 2017, de vendre à nouveau des véhicules en Iran, après 17 ans d'absence.

Volkswagen dit "examiner" encore la situation. Le géant de l'automobile Volkswagen s'est refusé à confirmer jeudi son départ d'Iran annoncé par l'ambassadeur américain en Allemagne, un proche de Donald Trump, habitué aux propos controversés. Le groupe de Wolfsburg a indiqué encore "examiner les implications possibles liées à la réintroduction des sanctions américaines". "Volkswagen se conforme à toutes les lois nationales et internationales applicables et à la réglementation en matière d'exportation. C'est pourquoi Volkswagen suit de près l'évolution de l'environnement politique et économique en Iran et dans la région", a encore dit le groupe, signifiant qu'aucun changement n'était intervenu dans cette position depuis des mois.