Tourisme : des chiffres records inquiètent paradoxalement le secteur

, modifié à
  • A
  • A
Destinations méditerranéennes en tête, l'Europe a continué d'attirer les voyageurs. Ici à Barcelone. © GABRIEL BOUYS / AFP
Partagez sur :

La hausse continue du tourisme de masse est devenue la préoccupation majeure du secteur en 2017, après plusieurs manifestations de ras-le-bol dans des villes européennes ou des crises de surcapacités.

Le tourisme international ne s'est jamais aussi bien porté depuis 2010, se sont félicités les professionnels du secteur réunis à Berlin jusqu'au 11 mars, tout en s'inquiétant de l'hostilité que suscite le "surtourisme". Selon l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), dépendante des Nations unies, les arrivées de touristes internationaux ont bondi en 2017 de 7% en 2017 pour atteindre un total de 1,322 milliard, contre une hausse située annuellement autour de 4% depuis 2010.

"Les voyageurs ont repris confiance et ont été plus à l'étranger qu'avant, malgré la menace terroriste et les catastrophes naturelles", explique pour sa part Rolf Freitag, directeur du cabinet IPK international qui publie avant chaque Salon international du Tourisme de Berlin (ITB) une étude sur les chiffres du tourisme dans le monde.

Les week-end en ville et les vacances à la mer privilégiés. Destinations méditerranéennes en tête, l'Europe a continué d'attirer les voyageurs. Parmi les séjours privilégiés, les week-ends en ville et les vacances à la mer, tandis que les voyages lointains sont en baisse, selon l'étude de l'IPK. 

Le problème du "surtourisme". Mais la hausse continue du tourisme de masse est aussi devenue la préoccupation majeure du secteur en 2017, après plusieurs manifestations de ras-le-bol dans des villes européennes ou des crises de surcapacités à Venise, Dubrovnik et Barcelone ou encore en Thaïlande.  "Le soi-disant 'surtourisme' est devenu un problème majeur cette année, non seulement dans les grandes villes les plus courues, mais aussi pour différents type de séjour, comme le ski et les croisières", explique l'IPK.