Taux immobiliers historiquement bas : est-ce le meilleur moment pour emprunter ?

  • A
  • A
immobilier 1:30
Les taux d'emprunts immobiliers ont atteint un niveau historiquement bas au premier trimestre 2019. (Photo d'illustration) © Crédits: PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :
La chute des taux d'emprunts à un niveau historiquement bas permet à certaines personnes d'obtenir des prêts, mais pénalise également les emprunteurs "risqués", comme les seniors. 
ON DÉCRYPTE

Ils n'ont jamais été aussi bas. Les taux d'emprunts immobiliers ont atteint des niveaux très avantageux sur le premier trimestre 2019. En moyenne, ils s'élèvent à 1.3% sur quinze ans, 1.5% sur vingt ans, ou encore 1.7% sur 25 ans. "Une situation exceptionnelle", confirme auprès d'Europe 1 Maëlle Bernier, directrice de la communication du site meilleurstaux.com. 

"Un effet d'aubaine"…

"On a des négociations assez faciles avec des taux autour de 1,2% sur vingt ans et même en-dessous pour les bons dossiers", affirme-t-elle . "Cela permet à des gens qui n'étaient pas finançables de le devenir [...] mais également à des gens de profiter de cet effet d'aubaine pour acheter plus grand, ou différent", précise-t-elle. Et pour les meilleurs candidats, c'est-à-dire ceux qui amènent au moins 20% du montant total de leur emprunt, il n'est pas rare que les banques proposent un taux en dessous de 1%.

Une situation qui pourrait même s'accentuer puisqu'"il ne serait pas du tout impossible de constater de nouvelles baisses [des taux, ndlr] dans le courant du mois d'avril ou du mois de mai", glisse Maëlle Bernier. 

... Mais aussi un effet pervers

Mais cette aubaine pour certains ne l'est pas forcément pour d'autres. Selon le site Capital, cette baisse engendre un effet pervers en excluant paradoxalement d'autres emprunteurs. Car la baisse de ces taux entraîne mécaniquement celle des taux d'usure, les seuils maximaux au-delà desquels une banque a interdiction de prêter de l'argent.

Pensés comme des boucliers pour les emprunteurs, ils pourraient donc devenir un véritable "frein à l'achat" pour certains, puisqu'ils sont calculés sur les taux d'emprunts. Ainsi, entre le 1er janvier et le 1er avril, le taux d'usure a baissé de 0,06% pour les emprunts inférieurs à dix ans.

Concrètement, le taux d'usure est tellement bas "qu'il exclut les emprunteurs 'risqués', comme les seniors", analyse sur franceinfo Charlie Cailloux, conseiller juridique pour PAP.fr. "Même chose pour les prêts de courte durée ou pour des petits montants dont le taux est en général plus haut".