Pour Pénicaud, le nouvel index de l'égalité salariale entre femmes et hommes montre "d'énormes changements"

, modifié à
  • A
  • A
Muriel Pénicaud 1:26
Sur Europe 1, jeudi, Muriel Pénicaud a évoqué les bons et les mauvais élèves du nouvel index de l'égalité salariale. © Europe 1
Partagez sur :
Sur Europe 1, jeudi matin, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a dévoilé les grandes tendances du nouvel index de l'égalité salariale entre femmes et hommes. Parmi elles, davantage d'entreprises accordent des augmentations aux femmes après un congé maternité.
INTERVIEW

Y a-t-il eu des progrès sur le front de l'égalité salariale entre les femmes et les hommes depuis un an ? Après la publication du premier index de l'égalité salariale l'année dernière, la version 2020 de cet indicateur élaboré par le gouvernement montre que "ça change déjà concrètement la vie des femmes en entreprise", assure Muriel Pénicaud sur Europe 1, jeudi matin, jour du dévoilement de cet index. 

La Maïf bon élève, Go Sport pointé du doigt

"Par exemple, sur le congé maternité, vous savez qu'au retour de ce congé, on dit 'on ne lui donne pas l'augmentation parce qu'elle n'a pas été là trois mois'. On a constaté que c'était le moment du décrochage de salaire et de carrière", souligne la ministre Muriel Pénicaud au micro de Sonia Mabrouk. "Avant l'index, c'était une entreprise sur trois qui ne donnait pas d'augmentation à la sortie du congé maternité. Maintenant, 90% des entreprises qui donnent une augmentation à la sortie."

Dans cet index, qui sera rendu public par le gouvernement vendredi, 1.200 grandes entreprises sont notées en fonction de leur respect de l'égalité salariale entre les femmes et les hommes. Et pour cette année, indique Muriel Pénicaud, il y a les "bons élèves", comme la Maïf ou les Compagnons du devoir, "qui sont à l'égalité". Il y a aussi ceux qui n'y étaient pas [à l'égalité, NDLR] mais qui ont fait des gros progrès, comme Orange, La Française des Jeux, Nocibé". Et enfin, les "mauvais élèves", comme Derichebourg, Go Sport."