L'UFC-Que Choisir dénonce la hausse des tarifs des complémentaires santé

, modifié à
  • A
  • A
L'UFC-Que choisir dénonce la forte hausse des tarifs des complémentaire santé cette année. (Illustration) 1:30
L'UFC-Que choisir dénonce la forte hausse des tarifs des complémentaire santé cette année. (Illustration) © AFP
Partagez sur :
Alors que l'épidémie de Covid-19 leur a plutôt permis de faire des économies, de nombreuses complémentaires santé ont pourtant augmenté leurs tarifs cette année, dénonce l'UFC-Que Choisir. 50% des bénéficiaires devraient voir leur tarif augmenter de 79 euros en moyenne.

Elles ont fait des économies mais augmentent quand même leurs tarifs. L'UFC-Que choisir dénonce la forte hausse des tarifs des complémentaire santé cette année. L'épidémie de Covid-19 leur a pourtant plutôt profité, entre les interventions reportées et la prise en charge à 100% des soins liés au coronavirus. Malgré tout, 50% des bénéficiaires devraient voir leur tarif augmenter de 79 euros en moyenne. L'UFC-Que Choisir évoque une inflation médiane de 4,3%. 

Parmi les complémentaires, il y a toutefois quelques bons élèves, remarque l'UFC, comme Muta Santé, Pro BTP, la Mutuelle Générale, qui ont des hausses modérées. A l'opposé, Adrea Mutuelle, Klesia, Swiss Life ou encore Malakoff Humanis sont celles qui augmentent le plus leurs tarifs. 

Manque d'"homogénéité" dans la présentation des tarifs

Même si, depuis décembre dernier, il est devenu beaucoup plus facile de changer de complémentaire santé pour faire jouer la concurrence, les clients hésitent à franchir le pas. Comparer reste beaucoup trop compliqué, selon Loriane Lemaine, spécialiste santé à l'UFC. "On constate un usage bien trop important des pourcentages sur certains remboursements, qui pourtant pourraient facilement être exprimés en euros. Je pense en particulier à l’optique et à l’audition. Ce n’est pas du tout parlant pour les usagers. En plus, les complémentaires n’exposent pas avec le même vocabulaire les mêmes remboursements."

L'UFC-Que Choisir demande donc au gouvernement d'obliger les complémentaires santé à avoir des présentations de tarifs plus claires et homogènes afin qu'elles soient plus lisibles et plus faciles à comparer pour les bénéficiaires. 

Europe 1
Par Carole Ferry, édité par Laetitia Drevet